26 septembre 2014 - AGNU69 - Groupe de soutien international pour le Liban - Intervention de M. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international

Monsieur le Secrétaire général,

Je vous remercie de votre présidence et de votre constance, l’an dernier à la même époque, vous aviez pris l’initiative de ce groupe international de soutien au Liban, et vous êtes resté fidèle à ce soutien. Je veux saluer le Premier ministre du Liban, et vous saluer toutes et tous, et dire en écho à ce qui a été fort bien dit avant moi, deux ou trois choses.

D’abord, il faut que nous continuions à agir sur le plan sécuritaire. Le Liban est en effet gravement menacé, aux difficultés qui existaient déjà l’an dernier se surajoutent des difficultés nouvelles, liées aux attaques du mouvement Daesh. Et il faut avoir à l’esprit que dans sa prétention à installer un califat, il s’étendrait, si on le laissait prospérer, également au Liban. L’armée libanaise est le symbole de l’unité du Liban, c’est la raison pour laquelle il est si important qu’aboutisse rapidement l’initiative prise par l’Arabie Saoudite et la France pour l’équipement de l’armée libanaise. Elle est en cours de finalisation, elle représente une avancée sans précédent, elle donnera aux forces armées libanaises les capacités de remplir efficacement leurs missions de défense du territoire et de lutte contre le terrorisme. Et je veux saluer également la nouvelle offre de l’Arabie Saoudite, pour équiper l’armée et les forces de sécurité face à la menace djihadiste qui vient compléter la précédente. Premier élément donc, la sécurité.

Deuxième élément, qui vient d’être fort bien décrit, les nécessités humanitaires et économiques. Le Premier ministre libanais vient de nous dire que c’est un tiers de la population qui est d’origine syrienne. Je sais que cela signifie que le Liban est le pays du monde où la proportion de personnes venues du proche ailleurs est la plus importante. Dès lors, il faut à la fois comprendre les difficultés immenses qui sont celles du Liban, et essayer, notamment par des moyens financiers, de les aider. À cet égard, je veux signaler l’initiative de nos amis allemands, d’organiser à la fin du mois d’octobre prochain à Berlin, une réunion ministérielle sur les réfugiés syriens au Proche-Orient, qui je l’espère nous permettra de mobiliser encore davantage sur cette question.

Mais quoi qu’il en soit, nous devons tous faire un effort pour que nous soyons encore plus efficaces dans l’aide à nos amis libanais et j’invite tous les partenaires du Liban à participer au fonds financier qui pour l’instant n’est doté que de près de 30 millions de dollars.
Le troisième point c’est la continuité des institutions. Comme l’a fort bien dit le Premier ministre libanais, il est urgent, et c’était votre dernière parole, Monsieur le Premier ministre, que les Libanais dépassent leurs différends en vue d’élire un président capable de les fédérer.
Car si à toutes les difficultés, économiques, humanitaires, sécuritaires, auxquelles les Libanais doivent faire face, ils ont, en plus, à supporter le coût de la division politique, les choses deviennent hors de portée pour un pays que nous aimons à la fois parce qu’il est le Liban, et parce que c’est un symbole de ce qui doit rester, non seulement au Proche et au Moyen-Orient, et partout, c’est-à-dire la capacité d’un État à rassembler des communautés diverses.

C’est là-dessus que je terminerai, Monsieur le Secrétaire général, Monsieur le Premier ministre. Nous assistons malheureusement dans le monde à une redoutable tendance où les États de plus en plus, ne représentent qu’une seule communauté, alors que nous savons les uns et les autres, et c’est pourquoi nous sommes là, que les États doivent être précisément les institutions qui permettent de rassembler des communautés diverses. Le Liban en est l’exemple, nous ne devons pas laisser affaiblir, ou a fortiori, détruire cet exemple. C’est la raison pour laquelle, Monsieur le Premier ministre, la France est et sera d’une manière indéfectible à vos côtés.

Dernière modification : 26/02/2015

Haut de page