30 octobre 2014 - Assemblée générale/1ère Commission - Explication de vote sur la résolution L36 : « Unité d’action pour l’élimination totale des armes nucléaires » - Intervention de M. Jean-Hugues Simon-Michel, Ambassadeur, représentant permanent de la France auprès de la Conférence du désarmement

Je me permets de prendre la parole sur la résolution L.36 « Unité d’action pour l’élimination totale des armes nucléaires ». Mon pays a voté en faveur de cette résolution, qui reflète dans son économie générale les engagements auxquels il a souscrit en matière de désarmement nucléaire.

Néanmoins, je souhaiterais souligner les préoccupations de mon pays concernant l’évolution de ce texte depuis plusieurs années et son souhait de continuer à voir le plan d’action TNP adopté par consensus en 2010 repris de manière équilibrée :

- mon pays reste attaché à ce que les résolutions présentées à l’AGNU reconnaissent à leur juste valeur les efforts entrepris par les Etats dotés dans ce domaine.

- par ailleurs, mon pays est pleinement conscient des graves conséquences d’un éventuel emploi de l’arme nucléaire. Il est de l’intérêt de toutes les Nations de l’éviter. Je tiens à rappeler que, pour la France, l’arme nucléaire n’est pas une arme de bataille, mais un moyen de dissuasion, destiné à la seule protection de nos intérêts vitaux. La doctrine de dissuasion française, strictement défensive, limite rigoureusement les cas dans lesquels les armes nucléaires pourraient être employées à des circonstances extrêmes de légitime défense, dans le respect de la Charte des Nations Unies.

- enfin, la France regrette l’absence de référence, dans cette résolution, aux travaux substantiels conduits cette année dans le cadre du groupe des experts gouvernementaux sur le Traité d’interdiction de la production de matières fissiles (FMCT/TIPMF).

La France estime que la priorité en matière de désarmement nucléaire va à la mise en œuvre de mesures concrètes, qui correspondent à une approche réaliste et progressive, reflétée dans le plan d’action du TNP adopté par consensus en 2010, seule à même de renforcer concrètement notre sécurité collective. La France continuera à faire tout son possible pour aller vers un monde plus sûr pour tous et pour créer les conditions d’un monde sans armes nucléaires, conformément aux objectifs du TNP.

Je vous remercie.

Dernière modification : 26/02/2015

Haut de page