Kosovo - Les espoirs suscités continuent d’être confirmés par les faits (04/12/2014)

Intervention de Intervention de M. Philippe Bertoux, Premier Conseiller à la Mission permanente de la France auprès des Nations unies - Conseil de sécurité - 4 décembre 2014

Je tiens à remercier le Représentant spécial du Secrétaire général, M. Farid Zarif, pour son exposé ainsi que le Premier ministre de Serbie, Monsieur Aleksandr Vučić ainsi que le Premier ministre du Kosovo, Monsieur Hashim Thaçi pour leurs interventions.

Monsieur le Président,
Nous revenons aujourd’hui sur le bilan de 2014, année de mise en œuvre de l’accord historique du 19 avril 2013 obtenu entre la Serbie et le Kosovo sous les auspices de l’Union européenne.

Il s’avère que l’année écoulée a été moins riche en avancées majeures, néanmoins le dialogue entre les deux pays s’est poursuivi, permettant des approfondissements techniques nécessaires à la normalisation de leurs relations. Nous tenons à féliciter et encourager les parties pour la poursuite de leur discussion en dépit du ralentissement provoqué par le contexte électoral dans les deux pays. Les espoirs suscités continuent d’être confirmés par les faits.

Le rapport du Secrétaire général revient sur la période suivant les élections du 8 juin au Kosovo, qui se sont déroulées, rappelons-le dans le calme et la transparence. Il y a trois mois, ici même, nous formions le vœu, qu’un compromis puisse être trouvé pour la formation rapide d’un gouvernement. Il semble qu’aujourd’hui les parties kosovares soient enfin sur le point d’y parvenir. Un accord de principe a été conclu entre les principales formations politiques en vue d’un accord de gouvernement formel, et nous attendons avec impatience la nomination du cabinet, si possible dès le 8 décembre.
Ce processus a pris du temps, suscitant, de la part de ce Conseil, une attention croissante. Mais il s’est fait dans le respect des procédures démocratiques. Aujourd’hui il semble que la crise politique soit évitée : nous y décelons un nouveau signe de la maturité des partis kosovars. Tout en continuant d’observer attentivement leurs travaux à venir à Pristina, nous leur réitérons notre confiance.
Le Kosovo a besoin d’un gouvernement stable. C’est dans l’intérêt des Kosovars, au regard des défis économiques urgents du pays ainsi que des attentes que l’ensemble de la population, y compris au Nord, a exprimées au travers de sa bonne participation au scrutin national. C’est également une attente de ce Conseil.

Nous resterons particulièrement attentifs, au-delà des réformes internes, à la reprise rapide du dialogue politique entre Belgrade et Pristina. Des progrès techniques sont certes toujours enregistrés, mais il est essentiel que les gouvernements des deux pays redonnent désormais un élan politique à un processus de normalisation qui ne peut se poursuivre de lui-même. Il en va aussi de la poursuite de leur rapprochement européen – j’y reviendrai.

Monsieur le Président,

Le Kosovo ne pourra se tourner sereinement vers l’avenir sans que la lumière puisse être faite sur son passé. Désormais, c’est au Kosovo de prendre ses responsabilités et de faciliter l’établissement d’un tribunal chargé de donner suite aux travaux menés par l’Equipe spéciale d’investigation. Là encore, compte tenu de la gravité des crimes allégués, la formation attendue d’un gouvernement et la reprise des travaux du parlement à Pristina sont des développements nécessaires à un dossier qui ne peut en aucun cas être négligé.

Nous n’avons aucun doute sur la volonté des Kosovars de s’engager dans un processus judiciaire qui permettra d’affronter tous les aspects des heures difficiles qu’a connues le Kosovo à la fin des années 1990. Nous comptons là aussi sur les partis politiques à Pristina, qui doivent démontrer leur maturité et leur détermination, comme ils l’ont déjà fait par le passé.

Je ne reviens pas sur les incidents qui se sont déroulés à la fin du mois d’août, ni sur les opérations de police conduites dans le pays contre d’éventuels soutiens au groupe terroriste Daech, si ce n’est pour saluer le sérieux des forces de sécurité kosovares dans leur réponse efficace et mesurée. Pour nous, la situation sécuritaire au Kosovo demeure stable.

Nous notons avec satisfaction les progrès réalisés dans l’intégration d’anciens policiers serbes dans la police kosovare, signe de la mise en œuvre effective de l’accord du 19 avril 2013. La mise en place d’une communauté de communes serbes, dotée de véritables compétences, était l’autre marque de progrès que le représentant du Secrétaire général nous invitait, en début d’année, à rechercher. Ces deux processus sont indissociables pour renforcer la confiance de la population locale dans le cadre institutionnel kosovar. Nous espérons pouvoir enregistrer rapidement des avancées sur ce volet également.

Nous encourageons enfin les parties à assurer le respect des droits des personnes appartenant à des minorités. Le volume du retour de réfugiés au Kosovo reste un motif de préoccupation. La restauration de la confiance mutuelle entre communautés demeure l’unique chemin pour permettre au Kosovo et à la Serbie d’ouvrir une nouvelle page de leur histoire.
Monsieur le Président,

Je concluerai en saluant la marche conjointe du Kosovo et de la Serbie vers l’Union européenne. Des étapes importantes ont été franchies. La Serbie a réalisé des transformations institutionnelles conséquentes, et nous saluons les efforts déjà accomplis. Le processus technique de négociations d’adhésion à l’Union européenne, formellement lancées le 21 janvier dernier, se poursuit. Nous espérons désormais que les efforts fournis par la Serbie seront reconnus et qu’un premier chapitre de négociation pourra être ouvert prochainement.

La Commission européenne a de son côté salué l’engagement de Pristina en vue de la conclusion de l’accord de stabilisation et d’association. Nous espérons que cet accord pourra être finalisé très prochainement.

Il est important que les progrès de chacune des deux parties se fassent du même pas, afin d’éviter que tout retard de l’un ne ralentisse la marche de l’autre.

Je vous remercie.

Dernière modification : 19/01/2016

Haut de page