Accord de Paris : il faut des solutions qui intègrent l’égalité femmes-hommes

60ème session de la Commission de la Condition de la Femme - Intervention de Madame Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes - lundi 14 mars, salle de l’ECOSOC

La France s’est engagée très activement dans la promotion des droits des femmes à l’occasion de la conclusion de l’accord de Paris. L’intégration des engagements en faveur des droits des femmes porte essentiellement sur 5 références à l’égalité femmes-hommes et également sur la prise en compte du genre dans le réchauffement climatique :

o L’accord de Paris réaffirme d’abord les droits humains, l’égalité femmes-hommes et l’autonomisation des femmes dans la lutte contre le réchauffement climatique à deux reprises, à la fois, c’est indiqué dans le préambule, et également dans la décision ;

o le comité de suivi de l’accord devra poursuivre l’objectif de parité, c’est à dire l’équilibre entre les sexes pourrait être un sujet à interprétation ;

o les états membres devront respecter et promouvoir l’égalité femmes-hommes dans leurs politiques de lutte contre le réchauffement climatique ;

o enfin, les stratégies d’adaptation des pays en développement à travers l’accès aux financements et le développement des technologies devront être sensibles au genre.

Pour poursuivre et donner la plus grande ampleur aux particularités, aux spécifications de l’accord de Paris qui concernent l’égalité femmes-hommes, la présidence française va être mobilisée et compte travailler avec tous et particulièrement avec le Maroc qui assurera la présidence de la COP22 à partir du 7 novembre 2016.

Dans ce dialogue et dans les engagements que nous devons poursuivre, quels sont les temps forts que nous identifions ? D’abord, la cérémonie de signature, cela apparait évident et formel, mais c’est une cérémonie de haut niveau qui aura lieu à New York le 22 avril prochain et qui devra marquer le soutien politique fort à l’accord de Paris.

En matière d’intégration de l’égalité femmes-hommes, l’engagement de la France sera également poursuivi en 2016, avec le triple objectif de :

o promouvoir la participation des femmes, que ce soit au sein des délégations des parties, dans les groupes-clés traitant de l’environnement tel que le World Energy Council, ou au sein du panel intergouvernemental sur le changement climatique ;

o de garantir l’inscription de l’égalité femmes-hommes et la prise en compte des femmes dans les stratégies d’adaptation. Cela fait directement et concrètement référence à l’accès au foncier, l’accès au crédit, à l’égalité professionnelle et salariale, à la mixité des métiers, et à l’entreprenariat féminin ;

o enfin, d’assurer la pleine implication des femmes, et des associations de femmes pour le renforcement de leurs capacités. Cela signifie concrètement de faciliter la diffusion et le déploiement des technologies, l’accès à des moyens de financement de l’action climatique pour les femmes et les associations de femmes.

Enfin, pour assurer la pérennité de cet agenda dans la convention des Nations unies sur le climat, la France est favorable à une relance du programme de travail de Lima sur le genre afin d’adresser ces enjeux au sein des instances de la convention, en vue de la COP22.

Je vous remercie.

Dernière modification : 15/03/2016

Haut de page