Cette résolution marque une étape nécessaire et décisive [en]

Corée du Nord - Explication de vote de M. François Delattre, représentant permanent de la France auprès des Nations unies - 30 novembre 2016

Je remercie d’abord le Secrétaire général des Nations unies pour sa présence aujourd’hui et pour son intervention forte. Je remercie également les Etats-Unis d’avoir présenté la résolution 2321 que nous venons d’adopter à l’unanimité, et que la France a coparrainée.

Après l’essai nucléaire du mois de janvier, après le tir de longue portée ayant recours à la technologie balistique, après les nombreux tirs balistiques réalisés cette année, le cinquième essai nucléaire conduit par la Corée du Nord en septembre dernier n’a fait que renforcer notre profonde inquiétude face aux provocations déstabilisatrices de ce pays. Cet essai a démontré l’obstination de Pyongyang à privilégier une fuite en avant irresponsable.

Ne nous y trompons pas : l’effort déterminé, méthodique et systématique de la Corée du Nord pour développer des moyens nucléaires et balistiques constitue aujourd’hui l’une des principales menaces à la paix et à la sécurité régionales et internationales, une atteinte d’une extrême gravité au régime international de non-prolifération, et ce faisant l’un des défis majeurs posé au Conseil de sécurité et l’une de nos toutes premières priorités.

Dans ce contexte, Monsieur le Président, la France salue l’adoption à l’unanimité de la résolution 2321. Cette résolution marque une étape nécessaire et décisive dans le renforcement des sanctions contre la Corée du Nord. Elle nous permet d’envoyer un message clair et sans ambiguïté sur l’unité et la détermination de la communauté internationale à sanctionner toute remise en cause inacceptable du régime de non-prolifération. Son objectif est ainsi de conduire à un changement radical de politique à Pyongyang. L’unanimité dont le Conseil a fait preuve aujourd’hui est une belle illustration de sa capacité à se rassembler quand l’essentiel est en jeu. J’espère que cette capacité se renouvellera à chaque fois que la prolifération et l’usage d’armes de destruction massive seront engagés.

La résolution 2270 adoptée en mars dernier avait marqué un renforcement très significatif du régime de sanctions. Dans sa lignée, la résolution 2321 nous permet de franchir une nouvelle étape, à plusieurs égards :

- d’abord, elle précise, clarifie et encadre plus strictement certaines dispositions de la résolution 2270 ; c’est le cas notamment pour ce qui concerne les exportations de charbon, l’inclusion de nouvelles désignations ou l’interdiction de transfert de nouveaux biens.

- cette résolution diversifie ensuite les moyens d’action à notre disposition, en identifiant de nouveaux outils permettant de contrer la poursuite des programmes nucléaire et balistique nord-coréens, à travers par exemple de nouvelles mesures bancaires et financières, de nouvelles limites sur les moyens de transports auxquels pourrait recourir le régime et les contraintes accrues pesant sur les moyens diplomatiques nord-coréens.

- la résolution 2321 nous permet également de renforcer notre capacité à empêcher Pyongyang de financer ses programmes. L’expansion des mesures sectorielles, synonyme de contraintes supplémentaires pour le régime, en est l’illustration. Par cette résolution, nous condamnons également la logique poursuivie par le régime consistant à détourner les ressources existantes pour alimenter ses programmes illicites, aux dépens de la population nord-coréenne.

- la résolution renforce enfin le message ferme de dissuasion envoyé à Pyongyang, en rappelant évidemment notre détermination à prendre des mesures supplémentaires en cas de nouvelle provocation d’ampleur ; mais aussi en rappelant que les droits et privilèges inhérents à la qualité d’un membre d’un Etat soumis à sanctions de l’ONU ne vont pas de soi.

La résolution ne ferme pas la porte au dialogue car les sanctions ne sont par définition pas une fin en soi. Mais tant que la spirale des provocations se poursuivra, nous n’aurons pas d’autres choix que de les renforcer. La détermination de la France en ce sens est totale. Il appartient à la Corée du Nord de montrer concrètement, par l’abandon de ses programmes nucléaire et balistique, qu’elle est prête à pleinement respecter ses obligations internationales.

Je vous remercie.

Dernière modification : 30/11/2016

Haut de page