La Syrie rappelle le Conseil de Sécurité à ses responsabilités

Synthèse mensuelle des activités du Conseil de Sécurité - Intervention de M. Alexis Lamek, Représentant permanent adjoint - 31 août 2016

Merci Monsieur le Président.

Permettez-moi d’abord de vous féliciter pour ce mois d’août savamment orchestré, avec deux débats publics et deux straw polls, deux votes blancs.

Commençons par ces votes blancs. Ils ont montré que notre procédure – que vous avez si efficacement mise en œuvre – fonctionne. La meilleure preuve c’est que le Conseil avance méthodiquement et uni dans le travail exigeant de sélection de celui ou celle qui dirigera notre organisation à compter de l’an prochain. Le Conseil devra le moment venu faire sa recommandation à l’Assemblée générale conformément à l’article 97 de la Charte, et de manière au futur secrétaire général – ou à la future secrétaire générale – de se préparer à cette tâche difficile.

Je voudrais aussi dire un mot sur la Syrie, qui rappelle le Conseil de Sécurité à ses responsabilités. La réunion de consultations d’hier à la suite de la remise du rapport du JIM nous place face à nos responsabilités. Ce n’est pas une formule vague, mais une réalité, tant l’emploi d’armes chimiques, dont le rapport établit clairement qu’il a été le fait du régime syrien et de Daech, constitue une régression que nous ne pouvons laisser sans réponses, sous peine de lourdes conséquences. Ceux qui ont commis ces crimes, et maintenant nous les connaissons, devront faire face à leur responsabilité qui est très lourde.

Ce mois d’août aura également vu le Conseil suivre de près les évolutions préoccupantes de la situation humanitaire en Syrie. Le Conseil a tenu une réunion en format Arria le 8 août, une réunion importante, bouleversante également, et qui j’espère aura contribué à faire mieux prendre conscience de la catastrophe à Alep. Et je remercie toutes les délégations qui y ont participé même si certaines d’entre elles ont pu se sentir mises en cause.

Le Conseil s’est mobilisé sur la situation à Alep face à l’urgence humanitaire. Lors des consultations qui ont eu lieu le 9 août, Steven O’Brien et Staffan de Mistura ont exprimé leurs fortes préoccupations, et ont appelé les co-présidents du GISS à trouver une issue dans leurs discussions à Genève.

Et le 22 août, Steven O’Brien a fait état de sa vive préoccupation devant l’échec de l’acheminement de l’aide humanitaire dans toutes les villes assiégées du pays, et il a formulé devant le Conseil le souhait que ce dernier puisse s’exprimer pour qu’enfin l’accès humanitaire, qui est une obligation au titre du Droit International Humanitaire, soit garanti. Nous en sommes malheureusement encore très loin et sur ce dossier également, le Conseil devra se montrer à la hauteur de ses responsabilités.

J’ai parlé tout à l’heure des armes chimiques en Syrie, en fait les sujets de non-prolifération ont été au cœur des activités du régime. Vous y avez consacré Monsieur le Président une séance publique, mais le Conseil a eu également à traiter de la situation en Corée du Nord.

Fort heureusement, le Conseil a retrouvé son unité ce mois-ci, après une nouvelle provocation irresponsable des autorités de Corée du Nord. Le Conseil a condamné dans les termes les plus clairs les tests balistiques effectués par Pyong Yang et qui constituent une menace directe envers ses voisins (et je rappelle qu’un missile s’était abîmé le mois dernier dans les eaux du Japon, un Etat-membre de l’ONU, et un Etat membre de ce Conseil de Sécurité). C’est également une menace pour le régime de non-prolifération sur lequel repose notre sécurité collective. Nous devons renforcer nos messages, nous devons procéder à de nouvelles désignations, pour que les autorités de Pyong Yang ne se méprennent pas davantage sur notre détermination à les empêcher de continuer de faire avancer leurs programmes nucléaire et balistique illégaux.

Un mot pour terminer sur le Soudan du Sud. Ce mois d’août a également été marqué par les suites données par le Conseil de sécurité à la dégradation de la situation au Soudan du Sud début juillet. Après l’éruption de violences qu’avait alors connue Djouba, il était important que le Conseil puisse rappeler l’importance qu’il attache à la protection des civils. La MINUSS opère dans un environnement particulièrement difficile et fait face à de nombreux obstacles dans la mise en œuvre de son mandat ; il était donc important que le Conseil réitère tout son soutien à cette mission.

Le Conseil a également rappelé aux parties qu’elles devaient se réengager dans la direction de la paix. Le Conseil avec ses partenaires régionaux comme l’IGAD et l’Union africaine, devra continuer d’appeler les parties à la responsabilité. Il le fera dans les prochains jours à l’occasion de son déplacement au Sud Soudan. Il est également plus que temps que le Conseil mette enfin en place l’indispensable embargo sur les armes à destination de ce pays meurtri : c’est une mesure de bon sens que nous aurions dû prendre il y a longtemps déjà.

Je vais en fait plutôt terminer sur le Liban, pour souligner que nous avons adopté une solide déclaration présidentielle fin juillet pour déplorer la vacance présidentielle. Lors des consultations du 24 août avec le Département des opérations de maintien de la paix et le Secrétariat, nous avons fait le point sur la situation au sud du Liban dix ans après l’adoption de la résolution 1701. Nous y avons collectivement réaffirmé notre soutien à la FINUL, remplissant son mandat de préservation de la cessation des hostilités.

Et nous avons adopté ce 30 août à l’unanimité une résolution qui renouvelle pour un an le mandat de la mission. On peut se féliciter du soutien apporté par le Conseil de sécurité à la FINUL et à la stabilité du sud-Liban, dans un Moyen-Orient qui ne mérite pas une crise de plus.

Voilà Monsieur le Président, ce mois d’août a donc été particulièrement substantiel. Je vous remercie pour votre travail et votre présidence pendant cette période, et je souhaite désormais la bienvenue à la Nouvelle Zélande pour un mois de septembre qui ne le sera pas moins.

Dernière modification : 01/09/2016

Haut de page