Coalition contre Daech : réunion ministérielle restreinte [en]

Déclaration des co-présidents de la réunion ministérielle restreinte de la Coalition internationale contre Daech - (Paris, le 2 juin 2015)

1. Une réunion ministérielle restreinte de la Coalition internationale contre Daech s’est tenue aujourd’hui à Paris à l’invitation du Ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, M. Laurent Fabius, pour mener des discussions approfondies sur la situation en Irak et en Syrie, les opérations de la coalition, la stabilisation des zones libérées, le retour durable et en toute sécurité des réfugiés et des personnes déplacées, notamment les victimes de violences ethniques et religieuses, et la protection du patrimoine culturel.

2. La réunion était coprésidée par MM. Laurent Fabius, Ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, Haïder al-Abadi, Premier ministre irakien, et John Kerry, Secrétaire d’État des États-Unis – depuis les Etats-Unis et représenté à Paris par le Secrétaire d’Etat adjoint, Antony Blinken. Vingt-quatre délégations ont pris part à cette réunion (Allemagne, Arabie saoudite, Australie, Bahreïn, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, Égypte, Émirats arabes unis, États-Unis, France, Irak, Italie, Jordanie, Koweït, Nations Unies [en qualité d’observateur], Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Qatar, Royaume-Uni, Turquie et Union européenne).

3. Les offensives de Daech à Ramadi, en Irak et à Palmyre, en Syrie, soulignent l’urgence de renouveler et d’intensifier notre effort collectif pour vaincre Daech. Les partenaires de la Coalition ont réaffirmé avec force leur unité et leur engagement à agir ensemble dans le cadre d’une stratégie commune, multidimensionnelle et de long terme afin d’affaiblir et à terme d’éradiquer Daech qui constitue une menace pour l’ensemble de la communauté internationale. Ils ont à nouveau condamné la stratégie sectaire d’assassinats et de destruction de Daech, ses atrocités et ses crimes dont certains équivalent à des crimes de guerre et à des crimes contre l’humanité, et la destruction délibérée du patrimoine commun de l’humanité. Ils ont rendu hommage aux victimes des violences de Daech, en particulier en Irak et en Syrie, aux membres des forces irakiennes qui combattent en première ligne les terroristes et aux personnels internationaux de la Coalition qui les soutiennent par la fourniture d’équipements, de formation et d’appui aérien. Ils ont souligné leur détermination constante à éliminer Daech des régions d’Irak et de Syrie où il s’est implanté, et ont salué l’implication et l’action menée à cette fin par les groupes de travail de la Coalition.

4. Les membres de la Coalition ont réaffirmé l’importance cruciale d’avancer rapidement dans la mise en œuvre des réformes et de la réconciliation telles que prévues par le programme national du gouvernement irakien, notamment la mise en place d’une garde nationale afin de placer tous les groupes armés sous le contrôle de l’État, et la nécessité urgente de trouver une solution politique au conflit syrien pour traiter les causes profondes de l’expansion de Daech. Au-delà de la campagne militaire en cours, ils ont également souligné la nécessité de défaire durablement Daech en Irak et en Syrie en coupant l’afflux de combattants terroristes étrangers, en bloquant les sources de financement de Daech, en luttant contre son idéologie criminelle et en traitant les crises humanitaires associées.

5. Le Premier ministre Haïder al-Abadi a confirmé l’engagement des autorités irakiennes à renforcer l’Etat de droit, le respect des droits de l’homme pour tous et une politique de rassemblement, assurant la juste représentation de toutes les composantes de la société irakienne au sein des institutions fédérales et l’égalité de tous les citoyens, sans discrimination. Il a exposé le plan de réaction d’urgence pour la libération de la province d’Anbar tel qu’approuvé à l’unanimité le 18 mai par le Conseil des ministres irakien. Les éléments essentiels de ce plan comprennent les cinq points suivants : 1° accélérer le soutien aux combattants tribaux de la province d’Anbar, notamment en matière de recrutement, d’équipement et de formation, afin qu’ils puissent lutter contre Daech aux côtés des forces irakiennes ; 2° mener une politique de recrutement au profit des divisions de l’Armée irakienne, en particulier celles basées dans la province d’Anbar dont les effectifs ont été affectés par plus de dix-huit mois de combat ; 3° rappeler et restructurer les forces de police d’Anbar afin de leur permettre de tenir les territoires libérés de Daech ; 4° appeler à des contributions internationales au mécanisme de financement porté par le PNUD, afin de faciliter la stabilisation immédiate des zones libérées de Daech ; et 5° garantir que toutes les forces qui participent à la libération de la province d’Anbar opèrent sous le commandement et le contrôle du Premier ministre et de la chaîne de commandement irakienne. Les ministres de la Coalition ont exprimé leur ferme soutien à ce plan de réponse et sont convenus d’accélérer leurs efforts dans chacun de ces cinq domaines. Ils ont également fait part de leur soutien unanime aux efforts déployés par le gouvernement irakien afin de mobiliser et d’équiper les combattants tribaux dans la province d’Anbar et sont convenus d’appuyer ces efforts par l’intermédiaire du gouvernement irakien. Enfin, ils ont assuré le gouvernement et le peuple irakiens de leur plein soutien à la mise en œuvre de politiques et de mesures concrètes destinées à répondre aux revendications légitimes des citoyens irakiens et à promouvoir la réconciliation nationale sur la base des dispositions de la Constitution de l’Irak et du programme adopté par le gouvernement irakien en septembre 2014.

6. Les partenaires de la Coalition ont pris acte de la détérioration continue de la situation en Syrie ainsi que de l’incapacité et de l’absence de volonté du régime d’Assad à lutter contre Daech. Ils ont rappelé leur souhait de préserver l’unité et la souveraineté de la Syrie et ont appelé au prompt lancement d’un véritable processus politique inclusif, sous l’auspice des Nations Unies, en vue de mettre en œuvre les principes du communiqué de Genève – y compris la mise en place, par consentement mutuel, d’un organe de gouvernement transitoire doté de la plénitude du pouvoir exécutif. Ils ont affirmé que seule une transition politique permettra d’établir les conditions nécessaires pour renverser la vague d’extrémisme et de radicalisme engendrée par les abus du régime et de lutter efficacement contre toutes les organisations terroristes en Syrie, y compris Daech.

7. Les partenaires de la Coalition ont souligné que la lutte contre Daech en Syrie et en Irak demeurait leur principale priorité, tout en constatant que Daech tentait d’étendre son emprise à d’autres régions frappées par des crises politiques et des situations d’instabilité, comme la Libye. Bien que de nombreuses « allégeances » à Daech soient avant tout symboliques, les partenaires de la Coalition ont réaffirmé la nécessité pour la communauté internationale d’appuyer les processus visant à traiter les causes locales des crises politiques et de l’instabilité, et d’éradiquer ce groupe terroriste et son idéologie destructrice, où qu’ils se manifestent.

8. Les partenaires de la Coalition ont reconnu le rôle des Nations Unies dans la région dans le soutien des processus politiques, la coordination et la facilitation de l’aide humanitaire internationale, l’aide aux réfugiés et aux personnes déplacées et la protection du patrimoine culturel. Ils ont exprimé leur soutien aux actions d’assistance et de protection du Haut-Commissariat pour les Réfugiés auprès des réfugiés et personnes déplacées, par la mise en œuvre de son plan de réponse (« Situation Emergency Response Appeal »), notamment les actions visant à identifier et aider les retours volontaires quand cela est possible. Ils sont convenus de prendre en compte la nécessité spécifique de protéger les populations menacées, telles que les personnes appartenant à des communautés ethniques ou religieuses, en particulier en établissant les conditions d’un retour volontaire, durable et en toute sécurité des réfugiés et personnes déplacées. A cet égard, les partenaires de la Coalition ont salué la perspective d’une réunion de haut niveau à Paris pour présenter une charte d’action, suite au débat public sur les victimes des violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient, organisé le 27 mars 2015 au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Ils ont également accueilli favorablement la mise en place d’un Fonds International de Stabilisation Immédiate afin de garantir la disponibilité immédiate de ressources pour les zones libérées de Daech, ainsi que les contributions initiales de plusieurs partenaires.

9. Les partenaires de la Coalition ont exprimé leur soutien aux plans d’action de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel en Syrie et en Irak, à la résolution de l’UNESCO sur la culture dans les zones en conflit, à la campagne #United4Heritage et à la mise en œuvre de la résolution 2199 du Conseil de sécurité des Nations Unies dans le domaine relevant des compétences de l’UNESCO.

10. Les partenaires de la Coalition réunis en format restreint resteront pleinement mobilisés au cours des mois à venir dans la lutte contre Daech. Ils rendront compte de leurs efforts à l’ensemble de la Coalition et veilleront à ce que les cinq groupes de travail progressent sur chacun des axes d’effort que poursuit la Coalition contre cette organisation terroriste et s’assureront que ces axes soient également suivis dans le cadre des Nations Unies et des organisations régionales, ainsi que par les autres enceintes de lutte contre le terrorisme, et par tous les États concernés.

11. Les partenaires de la Coalition réunis en format restreint ont exprimé leur intention de se rencontrer, en format plénier, au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre.

Haïder al-Abadi, Premier ministre de l’Irak - Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du Développement international de la République française - John Kerry, Secrétaire d’État des États-Unis d’Amérique

Dernière modification : 22/06/2015

Haut de page