Colombie : un pas historique sur le chemin de la paix

Colombie - Entretien de M. François Delattre, représentant permanent de la France auprès des Nations unies, avec AFP – 23 juin 2016

Je suis ici en qualité de Président du Conseil de sécurité, que la France exerce en ce mois de juin. C’est d’abord à ce titre que j’ai été invité.

Ban Ki-moon me disait que c’était la première fois, à sa connaissance, que l’ONU était représentée pour un événement de cette nature, à la fois par son Secrétaire général, par le Président du Conseil de sécurité et le Président de l’Assemblée générale.
Cela en dit long sur l’engagement non seulement du Conseil, mais de l’ONU en tant que telle en soutien au processus de paix en Colombie.

De ce point de vue, il n’est pas exagéré de dire que l’accord signé aujourd’hui marque vraiment un pas historique sur le chemin de la paix.
Vous avez écouté vous-même les discours : j’ai été frappé, et à bien des égards impressionné par la qualité et la force de l’engagement notamment des responsables des deux parties. Et ceux qui étaient autour de moi, y compris le Secrétaire général et le Président de l’Assemblée générale, ont éprouvé le même sentiment, c’est-à-dire que cette journée est historique. La perception de ceux qui étaient dans la salle est que les principaux orateurs ont été à la hauteur de cette journée historique. Les engagements qui ont été pris étaient très marquants, très impressionnants, très émouvants aussi.

L’ONU est pleinement engagée : en ce qui concerne le Conseil de sécurité, nous avons eu la résolution 2261. Maintenant que l’accord d’aujourd’hui est signé, le délai de 30 jours en vertu de la résolution 2261 court pour que le Secrétaire général des Nations unies nous fasse rapport. Donc le Conseil de sécurité est engagé à fond, comme les Nations unies.

Il y a également une dimension de ma présence qui est une dimension française. La France est très engagée derrière ce processus de paix lancé par le Président Santos. Elle l’est à titre politique mais aussi par son engagement économique et financier. Vous savez que l’AFD est engagée à travers près de 500 millions de dollars sur le soutien à l’accord en ce qui concerne le développement de l’agriculture. Nous sommes également très actifs en termes d’expertise dans le domaine de la justice transitionnelle et de la gouvernance foncière. Il y a donc un engagement de la France qui est très marqué. Cela se traduit aussi par le rôle de notre concitoyen Jean Arnault [Représentant spécial et Chef de la Mission des Nations Unies en Colombie] que j’ai senti très ému.

La France est donc en première ligne en soutien du processus de paix en Colombie, et le soutien de nos autorités très marqué, comme l’illustre le communiqué de notre ministre, M. Jean-Marc Ayrault, à l’issue de la signature de l’accord d’aujourd’hui.

Dernière modification : 23/06/2016

Haut de page