DRC: Congolese government and MONUSCO need to resume cooperation as soon as possible [fr]

Remarks to the press by Mr François Delattre, Permanent Representative of France to the United Nations, as President of the Security Council - 19 March 2015 - DRC

Les membres du Conseil de sécurité viennent d’entendre des présentations du Représentant spécial du Secrétaire général, M. Martin Kobler, ainsi que de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour les Grands Lacs, M. Saïd Djinnit.

Nous avons discuté au cours de ces consultations de la nécessité de reprendre la coopération entre le gouvernement congolais et la MONUSCO dès que possible concernant les opérations contre les FDLR. Nous avons souligné à cet égard l’importance que la politique des Nations unies en matière de respect des droits de l’Homme continue à s’appliquer.

Lors de nos échanges sur la reconfiguration du mandat de la MONUSCO, nous avons exprimé notre détermination à la rendre plus mobile et plus efficace pour remplir son mandat, en particulier pour protéger les civils. C’est pourquoi le futur mandat sera revu en ce sens.

Nous avons également abordé la question des élections et exprimé notre fort attachement à ce qu’elles soient organisées de manière pacifique et démocratique, dans le respect de la Constitution et du calendrier électoral. Le soutien de la MONUSCO à l’organisation des élections sera lié au respect de ces conditions.

Nous avons enfin rappelé la nécessité d’établir un dialogue stratégique entre le gouvernement congolais et la MONUSCO pour définir ensemble une stratégie de sortie de la MONUSCO, comme recommandé par le Secrétaire général.

Ces éléments vont nourrir les négociations en cours pour renouveler le mandat de la MONUSCO que nous attendons d’ici la fin de ce mois, donc sous présidence française.

The members of the Security Council just heard presentations by UNSG Special Representative, Mr. Martin Kobler, as well as Special Envoy for the Great Lakes region of Africa, Said Djinnit.

During these consultations, we discussed the need for the Congolese government and MONUSCO to resume cooperation as soon as possible regarding the operations against the FDLR. On that matter, we stressed the importance that the UN human rights due diligence policy continue to be implemented.

During our discussions on the reconfiguration of the mandate of MONUSCO, we have expressed our determination to make it more mobile and more efficient to ensure the discharge of its mandate, in particular to protect civilians. That is why the future mandate will be reviewed in this spirit.

We also touched upon the issue of the elections and we have expressed our strong attachment to a peaceful and democratic organization, in accordance with the Constitution and the electoral calendar. The support of MONUSCO to the organization of the elections will be linked to the respect of these conditions.

We finally recalled the necessity to establish a strategic dialogue between the Congolese government and MONUSCO to define together an exit strategy for MONUSCO, as recommended by the Secretary-General.

These elements will infer the ongoing negotiations on the renewal of the MONUSCO’s mandate, which is due before the end of this month, so under the French presidency of the Security Council.

[Q&A]

Q : Avez-vous l’impression que cette querelle est en train de se calmer ? Comment voyez-vous la reprise de ce dialogue stratégique ? On a l’impression qu’au niveau des positions des uns et des autres, rien n’a beaucoup changé

J’ai senti à travers ces consultations très approfondies, qui ont conduit M. Kobler et Saïd Djinnit à aller vraiment dans le détail, autour de la table, un état d’esprit constructif. Est-ce que les choses sont faciles et évidentes ? Non, elles ne le sont pas. Mais j’ai senti un état d’esprit constructif, la volonté d’avancer, la volonté j’espère d’aboutir. Il y a des recommandations du Secrétaire général qui sont sur la table. Elles sont pour nous la boussole à suivre. Il y a la volonté, je crois unanime, de rétablir les voies du dialogue entre la MONUSCO et le gouvernement de la RDC.

Donc pour répondre de manière honnête à votre question, les éléments que je viens de vous livrer à l’instant sont des éléments agrées au niveau de l’ensemble du Conseil de sécurité et montrent cet état d’esprit constructif et cette unité autour des quelques points que j’ai rappelés et qui sont.

Q : On the due diligence policy, the foreign Minister Tshibanda here said that the two generals had issued that MONUSCO had previously worked with them in Ituri and on the LRA. So, some people are left wondering, if fighting the FDLR is so important, why was a waiver given to other fight and not for this one? Despite how important the policy is. What has changed that MONUSCO can’t find a way to be involved or fight the FDLR directly?

Here, our understanding is that, as you said, this question is really part of the UN human rights due diligence policy. This policy has been in place in DRC for many years and has proven its usefulness to ensure that all military operations in DRC are conducted in accordance with human rights and international humanitarian law. So we have a framework here and we fully support this policy in DRC and elsewhere by the way.

Q: Quelle est votre réaction face à la demande congolaise qui demande la réduction de l’effectif de la MONSUCO ?

J’en ai parlé, on a en effet cette demande congolaise, qui a été exprimée ce matin en débat ouvert par le ministre congolais des affaires étrangères. En consultation, nous nous avons marqué que nous avions des recommandations qui ont été faites par le Secrétaire général, qui sont comme je l’ai dit pour nous la meilleure boussole pour la suite, permettant d’engager cette révision que nous appelons de nos vœux dans le cadre d’un dialogue renouvelé. Et l’important c’est le dialogue, la volonté de rétablir un dialogue étroit, confiant, quotidien entre la MONSUCO d’un côté, le gouvernement et les autorités de RDC de l’autre.

Dernière modification : 19/03/2015

top of the page