L’intégration européenne de la Bosnie-Herzégovine demeure une priorité stratégique - 12 mai 2015 [en]

Bosnie-Herzégovine - Intervention de M. Alexis Lamek, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies - Conseil de sécurité - 12 mai 2015

Je remercie le Haut Représentant en Bosnie-Herzégovine, M. Inzko, pour sa présentation, et je m’associe pleinement à l’intervention qui sera prononcée au nom de l’Union européenne. Je concentrerai mon intervention sur trois points.

Premièrement, la dynamique politique.

Madame la Présidente,

Le peuple bosnien a pu exercer, en octobre dernier, son devoir démocratique et s’est choisi de nouveaux représentants. Signe que de nombreux points restent encore à améliorer, le processus de désignation de l’exécutif a pris un retard important et n’a finalement abouti que fin mars. Nous nous félicitons toutefois de voir une nouvelle équipe en place, que ce soit dans les deux entités du pays ou au niveau de l’Etat, où la Présidence tripartite s’est rapidement mise au travail, et collabore de façon constructive avec le bureau du Haut Représentant et l’Union européenne.

La tâche qui attend les autorités bosniennes est considérable et les Bosniens attendent de leurs dirigeants qu’elles se montrent à la hauteur. Refusant de succomber aux discours attisant les fractures ethniques, le peuple bosnien a montré dans son ensemble la priorité qu’il accordait à l’amélioration de la situation socio-économique. Il s’agit en effet d’un chantier majeur pour le pays, qui chaque année assiste impuissant à l’exil de ses jeunes talents, faute d’opportunités et de perspectives d’avenir. Nous exhortons les autorités bosniennes à agir dans ce domaine dans les plus brefs délais.

Deuxièmement, l’intégration européenne de la Bosnie-Herzégovine.

C’est avant tout dans le but d’améliorer les conditions socio-économiques du pays que s’inscrit l’initiative de relance prise par l’Union européenne à l’égard de la Bosnie-Herzégovine, dont l’intégration européenne demeure une priorité stratégique, et est un souhait exprimé par les Bosniens eux-mêmes, n’en déplaise à ce que pensent certains en dehors de la Bosnie-Herzégovine. Les blocages constatés depuis plusieurs années ne pouvaient raisonnablement se poursuivre, alors que la plupart des Etats voisins enregistraient des progrès considérables dans cette voie. C’est dans cet esprit que l’UE a décidé de donner une impulsion nouvelle à ce processus, qui, je le répète, répond aux vœux de la population bosnienne.

L’arrivée aux affaires d’une nouvelle équipe gouvernementale constitue l’occasion idéale de faire un pas de plus vers l’intégration et nous nous félicitons de l’accueil positif apporté jusqu’à présent à l’initiative de l’Union européenne par la Bosnie-Herzégovine, aussi bien la Présidence que le Parlement et les principales forces politiques. L’engagement écrit pris par les autorités doit ouvrir la voie aux réformes socio-économiques dont a tant besoin le pays et qui lui permettront de se rapprocher de ses voisins européens. Conséquence logique de cet engagement, l’accord de stabilisation et d’association entrera en vigueur dans quelques semaines, ce dont nous nous réjouissons.

L’imminente présidence bosnienne du Conseil de l’Europe, qui démarrera le 19 mai prochain, sera également l’occasion pour la Bosnie-Herzégovine d’affirmer sa volonté d’un rapprochement européen par son attachement aux principes fondamentaux garantis par la Convention européenne des droits de l’Homme et chers à l’UE.

Enfin, sur le cadre institutionnel existant.

L’Europe tout entière souhaite participer à la transformation de la Bosnie-Herzégovine, et assister à son intégration en tant que pays uni, souverain et jouissant de sa pleine intégrité territoriale.

A cet égard, il est inadmissible que les vieilles thèses nationalistes trouvent encore des voix, mettant ainsi en péril l’unité et la stabilité du pays. Nous réaffirmons notre appel à mettre fin à toute action ou propos susceptibles de diviser le pays. Notre message est clair : il ne saurait y avoir de remise en cause de l’intégrité territoriale de la Bosnie-Herzégovine.

Nous appelons également l’ensemble des parties à coopérer pleinement avec le Haut Représentant, conformément aux accords de Dayton, qui constituent le cadre de référence de l’action de la communauté internationale en Bosnie-Herzégovine. Je rends hommage à cet égard au Haut Représentant et à ses équipes pour leur engagement afin de garantir le cadre qui a permis de préserver la paix depuis 20 ans en Bosnie-Herzégovine.

Pour autant, en parallèle, la réflexion sur la reconfiguration du Bureau du Haut Représentant doit être également poursuivie. Cette réflexion s’appuie sur le constat que la persistance des difficultés politiques nous oblige à repenser et à adapter notre stratégie. Maintenir coûte que coûte un dispositif datant des années 1990 ne rend pas service à la Bosnie-Herzégovine, alors que la situation en Bosnie-Herzégovine et dans la région a considérablement évolué. Nous souhaitons renforcer la cohérence du dispositif international en Bosnie-Herzégovine en recherchant partout la complémentarité du bureau du Haut-représentant avec celui de l’UE dont le leadership est aujourd’hui avéré.

Madame la Présidente,

Je ne saurai conclure sans évoquer ce passé douloureux qui ne cesse de se rappeler à nous.

Nous nous apprêtons à tristement commémorer cette année le vingtième anniversaire des sombres événements de Srebrenica, qualifiés de génocide par le TPIY. Nous espérons que le pays pourra, à cette occasion, démontrer qu’il a su dépasser les rancœurs anciennes et faire preuve d’unité nationale. L’avenir de la Bosnie-Herzégovine passe en effet par la collaboration toujours plus étroite entre les entités qui la composent, sur la base de l’égalité et du respect mutuel. A cet égard, la réconciliation intercommunautaire est essentielle pour consolider le sentiment d’appartenance à une histoire et à une destinée communes, préalables à la construction d’un avenir commun. L’Union européenne, comme la France, se tiendront aux côtés des Bosniens dans ce processus.

Je vous remercie.

Dernière modification : 20/06/2016

Haut de page