L’adoption de la résolution sur le nucléaire iranien constitue un moment historique - 20 juillet 2015 [en]

Nucléaire iranien - Explication de vote de M. François Delattre, Représentant Permanent de la France auprès des Nations unies - Conseil de sécurité - 20 Juillet 2015

Monsieur le Président,

La France salue l’adoption de cette résolution qui constitue un moment historique, tant pour la paix et la sécurité internationales que pour notre Conseil.
Après douze années de crise nucléaire, un accord a enfin pu être trouvé le 14 juillet à Vienne avec l’Iran à l’issue de plusieurs mois de négociations intensives.

Cet accord trace d’abord un chemin exigeant vers l’établissement de la confiance dans le caractère exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien. Il prouve la pertinence et la solidité de notre régime de non-prolifération.

Cet accord contribuera aussi à la stabilité régionale et internationale. Un Iran doté de l’arme nucléaire aurait déstabilisé encore plus cette région déjà traversée par tant de crises. A l’inverse, avec cet accord, nous pouvons écrire ensemble un nouveau chapitre dans l’histoire de cette région.

C’est enfin l’autorité de notre Conseil et de notre système de sécurité collective qui est confortée à travers cet accord. L’une des plus graves crises de ces vingt dernières années pourra, si les engagements sont tenus, être réglée pacifiquement, par la voie du dialogue et de la négociation.

Monsieur le Président,

Cet accord est d’abord le succès d’une méthode.

Comme vous le savez, dès l’origine de la crise en 2003, la France, avec l’Allemagne et le Royaume-Uni, a privilégié la voie du dialogue à travers ce que l’on a appelé la double approche : les négociations et les sanctions. Notre conviction était en effet que sans fermeté et sans pression de la communauté internationale, l’appel au dialogue serait resté vain.

Nos partenaires Américains, Russes et Chinois et bientôt l’ensemble du Conseil de sécurité se sont ralliés à cette approche. Nous avons ainsi créé le cadre de négociations qui, 12 ans plus tard, a enfin permis d’aboutir.

Cet accord est aussi le résultat de la fermeté.

Tout au long de ces négociations, la France n’a pas dévié de sa position : « oui au nucléaire civil pour l’Iran, non à l’arme nucléaire ». Dans ce cadre, la France s’est inlassablement engagée dans la recherche d’une solution négociée.

C’est cette ligne de fermeté constructive qui a permis d’aboutir à un accord robuste et contraignant. Un accord précis, complet, crédible dont la pleine mise en œuvre répondra aux attentes de la communauté internationale et aux inquiétudes des voisins de l’Iran.

Monsieur le Président,

Il appartient désormais au Conseil de sécurité, après avoir endossé l’accord de Vienne, de se porter garant de sa mise en œuvre.

Si le temps des négociations est terminé, vient en effet à présent celui de l’action et de la vigilance.

Le processus mis en place comprend des limitations claires et précises au programme nucléaire iranien, un système de contrôle et de vérification robuste et la possibilité de rétablir automatiquement les sanctions en cas de violation par l’Iran de ses engagements.

Il appartient à l’Iran de mettre en œuvre, dans le calendrier qui a été établi, l’ensemble des mesures prévues. C’est sa responsabilité.

L’AIEA jouera un rôle clef pour contrôler, vérifier et informer notre Conseil sur le respect par l’Iran de ses engagements. La France, avec ses partenaires, veillera de bonne foi et avec rigueur au respect de cet accord. Nous jugerons sur pièces de la volonté de l’Iran de faire de cet accord un succès.

Le rôle et l’unité du Conseil de sécurité seront également déterminants. La levée des sanctions du Conseil de sécurité est conditionnée au respect par l’Iran de ses engagements. Notre Conseil devra continuer à exercer sa vigilance pendant toute la durée de l’accord et se tenir prêt, pendant 15 ans, à rétablir les sanctions en cas de manquement de l’Iran.

Aujourd’hui, nous ouvrons ensemble un nouveau chapitre, les yeux ouverts, mais l’essentiel reste encore à écrire et les prochaines semaines seront déterminantes. Je vous remercie.

Dernière modification : 04/08/2016

Haut de page