Le Conseil de sécurité adopte une résolution condamnant l’emploi de gaz de chlore en Syrie (06/03/2015) [en]

6 mars 2015 - Conseil de sécurité - Résolution sur l’emploi du gaz de chlore en Syrie - Explication de vote de M. François Delattre, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Je souhaite remercier la mission américaine d’avoir préparé ce projet de résolution sur l’emploi de gaz de chlore comme arme de guerre dans le conflit en Syrie.

La France a coparrainé et a voté en faveur de cette importante résolution pour plusieurs raisons :

Tout d’abord, un an et demi après l’adoption de la résolution 2118, le Conseil de sécurité ne pouvait plus demeurer silencieux face à l’horreur et au caractère inacceptable des attaques à l’arme chimique qui se sont poursuivies en Syrie en 2014.

Cette résolution adresse ainsi un message clair et ferme de condamnation de tout emploi de produits chimiques toxiques en tant qu’armes de guerre en Syrie.

Les différentes enquêtes de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques, qui ont confirmé que du gaz de chlore a été utilisé comme arme de guerre en Syrie, s’accompagnent de troublants détails sur la présence systématique d’hélicoptères lors des attaques, alors que nous savons tous que seul le régime détient de telles capacités. Au moment même où il acceptait la destruction des éléments déclarés de son programme chimique, le régime poursuivait l’usage de gaz de chlore contre la population civile.

Deuxièmement, par cette résolution, le Conseil de sécurité apporte tout son soutien aux travaux importants qui sont en train d’être menés à La Haye par les experts de l’OIAC, afin de mettre en lumière toutes les allégations sur l’emploi de produits chimiques toxiques en Syrie.

Mais les allégations se poursuivent et nous devrons maintenir un niveau de vigilance élevé sur ce qui se passe aujourd’hui en Syrie et presser les autorités syriennes de coopérer pleinement avec l’enquête.

Enfin nous espérons que cette résolution du Conseil de sécurité envoie un message clair de dissuasion, sur le terrain, à toutes les parties au conflit syrien.

Le Conseil de sécurité ne peut pas et ne restera pas les bras croisés devant les violations de la résolution 2118. Il s’engage, par cette résolution, à prendre les mesures nécessaires sous le chapitre VII de la Charte des Nations unies, à l’encontre de ceux qui continueront de braver cet interdit, et continuera de chercher à traduire tous les responsables de ces crimes devant la justice.

Alors que nous commémorons tristement cette année le centenaire de la deuxième bataille d’Ypres, au cœur du premier conflit mondial, moment où mon pays, l’Europe et le monde, découvraient l’horreur de la guerre chimique, nous avons le devoir d’affirmer : plus jamais ça, que plus jamais de telles armes ne soient utilisées.

Je vous remercie.

Dernière modification : 20/01/2016

Haut de page