Le Conseil de sécurité renouvelle le mandat de la Minurso - 28 avril 2015 [en]

Sahara Occidental/ Renouvellement de la Minurso – Explication de vote de M. Alexis Lamek, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies, Chargé d’Affaires a.i. - Conseil de sécurité - 28 avril 2015

Madame la Présidente,

Nous remercions la Mission des Etats-Unis d’avoir préparé ce projet de résolution relatif à la situation au Sahara occidental.

La France a voté en faveur de ce texte, qu’elle a également co-parrainé, car il traite de manière pertinente de l’ensemble des aspects de la question du Sahara occidental : il fournit l’impulsion nécessaire au processus politique, il renouvelle le mandat de la MINURSO pour une année, il rappelle enfin la dimension humaine de la situation dans ce territoire.

Madame la Présidente,

La résolution que nous venons d’adopter à l’unanimité fournit l’impulsion nécessaire au processus politique.

Le texte indique clairement que la consolidation du statu quo n’est pas acceptable et que les parties doivent s’impliquer plus résolument et faire preuve d’une plus grande volonté politique, de réalisme et d’esprit de compromis pour progresser vers une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable.

En effet, le règlement de la question du Sahara occidental est nécessaire pour répondre aux attentes de la population de ce territoire, pour réaliser l’intégration économique et politique du Maghreb et pour répondre à la dégradation de la situation sécuritaire au Sahel, où nous devons relever ensemble le défi du renforcement de la menace terroriste.

Ce différend historique peut être réglé. Les Nations unies ont la responsabilité d’aider les parties à progresser dans les négociations. Nous réitérons à cet égard notre plein soutien à l’Envoyé personnel du Secrétaire général, l’Ambassadeur Christopher Ross, dont la diplomatie de la navette est nécessaire pour faciliter le dialogue et rapprocher les positions. Par ailleurs, sur le fond, la France considère que le plan d’autonomie présenté par le Maroc au Secrétaire général en avril 2007 est une base sérieuse et crédible pour une solution négociée.

Madame la Présidente,

Cette résolution renouvelle le mandat de la MINURSO.

La France soutient le rôle de la MINURSO et de la Représentante spéciale du Secrétaire général, Mme Kim Bolduc, avec qui les parties doivent poursuivre leur pleine coopération.

En effet, la MINURSO contribue, depuis plus de 20 ans, à maintenir le calme dans une région qui connaît de nombreux défis, en mettant en œuvre les trois volets de son mandat : surveillance du cessez-le-feu ; contribution au déminage ; soutien aux mesures de confiance, en particulier au programme de visites familiales auquel la résolution fait référence.

Nous regrettons à cet égard la suspension de ce programme mis en œuvre par le HCR, qui permet de soulager les familles de réfugiés tout en maintenant des canaux de dialogue, et espérons qu’il pourra reprendre sans tarder.

Madame la Présidente,

Ce texte, enfin, traite de manière appropriée de la dimension humaine de la question du Sahara occidental.

Nous appelons les parties à poursuivre leurs efforts pour renforcer la promotion et la protection des droits de l’Homme au Sahara occidental et dans les camps de réfugiés de Tindouf.

Comme la résolution le souligne, le Maroc a pris des mesures pour renforcer les commissions de son Conseil national des droits de l’Homme à Dakhla et Laayoune ainsi que ses interactions avec les procédures spéciales du Conseil des droits de l’Homme et avec le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme.

Nous nous réjouissons de ces initiatives et des autres réformes structurelles conduites par le Maroc – comme la ratification du Protocole additionnel à la Convention contre la torture ou la réforme de la loi sur les tribunaux miliaires –, qui sont au bénéfice des populations du Sahara occidental.

La résolution rappelle également que la situation très précaire des populations sahraouies des camps de Tindouf ne doit pas être oubliée et invite à ce que des efforts soient déployés pour que l’enregistrement des réfugiés dans les camps puisse avoir lieu. Il en va de l’objectif plus général du maintien – nécessaire – de l’aide humanitaire internationale dans les camps.

Je vous remercie.

Dernière modification : 20/06/2016

Haut de page