Le financement de l’ONU [en]



La France est le 5ème contributeur au budget ordinaire des Nations unies

...avec une contribution annuelle de l’ordre de 122 millions d’USD. Au sein de l’Assemblée Générale, elle est attachée à conférer à l’organisation les moyens de ses ambitions dans le respect des principes de discipline budgétaire et de contrôle de la dépense.

Dans ce contexte, la programmation budgétaire biennale (2016-2017) des Nations-Unies a été révisée le 23 décembre dernier pour l’Assemblée Générale. Signe de leur attachement à l’organisation, les Etats Membres ont décidé d’accorder une augmentation de 212 millions d’USD au budget ordinaire de l’ONU. Cette enveloppe permettra notamment le déploiement de la nouvelle mission des Nations unies en Colombie (78 millions d’USD), le financement de l’agenda 2030 pour le développement (17 millions d’USD), le renforcement du pilier « droits de l’homme » (21 millions d’USD), de la justice internationale (12 millions d’USD) ou encore la modernisation des infrastructures de l’organisation (12 millions d’USD).

L’Assemblée générale a également souhaité exprimer son plein soutien au nouveau Secrétaire Général des Nations unies dans son ambition de réformer l’organisation et la rendre plus agile dans l’exécution de ses mandats. Le plein soutien des Etats Membres aux démarches de transformation en cours ou à venir s’est notamment exprimé par l’adoption de la première résolution en 4 ans sur les ressources humaines ou encore par l’adoption d’un cadrage financier ambitieux pour le futur budget (2018-2019) des Nations unies.

Complexe, le financement de l’ONU reflète à la fois la diversité des missions de l’organisation ainsi que l’enchevêtrement de ses structures.

3 types d’instruments assurent ce financement :

Le budget régulier

Doté pour la période 2016-2017 de 5 402 millions de dollars, le budget régulier de l’ONU est approuvé par l’Assemblée générale pour une période de deux ans. Les Etats Membres constituent la principale source de financement de ce budget à travers les quotes-parts calculées selon un barème reflétant la capacité de paiement de chaque État. Ce budget est essentiellement un budget de fonctionnement : il sert à financer les dépenses du secrétariat et les dépenses administratives de certains fonds et programmes (PNUE, ONU-Femmes, etc.). Pour la période 2016-2018 la France a été le 5e Etat contributeur avec une quote-part de 4,86%.

Les budgets des opérations de maintien de la paix

Chaque opération de maintien de la paix est financée par un compte spécial, alimenté par des contributions obligatoires. Le montant des contributions des États membres dépend d’un barème spécifique, dérivé du barème du budget régulier mais présentant une majoration pour les membres permanents du Conseil de sécurité. Le budget alloué pour la période 2015/2016 s’élève à 8 297 millions de dollars. Depuis 2016, la France est le 5e État contributeur avec une quote-part de 6,31% de quote-part.

Les fonds extrabudgétaires

Il s’agit des contributions volontaires des Etats membres : elles servent à financer des activités d’appui, de fond (par exemple en complément d’activités financées par le budget régulier) ainsi que des activités opérationnelles (coopération technique). Le montant des ressources extrabudgétaires pour l’exercice biennal 2016-2017 est estimé à 18,9 milliards de dollars, soit plus de trois fois les crédits du budget régulier.


Enfin, les fonds et programmes de l’ONU (UNICEF, PNUD, HCR, etc.) mais aussi les institutions spécialisées de l’ONU ont leur propre budget. L’essentiel de leurs ressources provient de contributions volontaires versées par des gouvernements mais aussi par des particuliers.


PNG

Dernière modification : 13/02/2017

Haut de page