Le soutien de la communauté internationale à l’Afghanistan est essentiel [en]

Situation en Afghanistan - Intervention de M. Alexis Lamek, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies - Conseil de sécurité - 14 septembre 2016

Merci Monsieur le Président,

Et tout d’abord merci Monsieur le Ministre pour votre participation personnelle aujourd’hui et votre engagement sur ce sujet qui est si important pour le Conseil de sécurité.

Je voudrais aussi commencer par remercier chaleureusement Monsieur Yamamoto Tadamichi, à qui je souhaite la bienvenue en tant que nouveau Représentant spécial. Je crois que vous connaissez bien l’Afghanistan et je vous souhaite plein succès dans vos nouvelles fonctions. Enfin je remercie l’ambassadeur Saikal pour sa présentation et m’associe d’avance au discours qui sera prononcé au nom de l’Union européenne.

1/- Tout d’abord, alors que nous approchons du deuxième anniversaire du gouvernement d’union nationale, il est important de souligner les progrès importants enregistrés par le gouvernement afghan depuis septembre 2014. La France réitère ici son plein soutien au gouvernement afghan et l’encourage à accroître ses efforts en faveur du développement et de la stabilisation du pays.

Pour autant, à la veille de la conférence de Bruxelles, le soutien de la communauté internationale à l’Afghanistan dans la poursuite de cette transition demeure essentiel. Le rôle joué par la MANUA à cet égard est évidemment central, et je voudrais saluer l’action menée par tous les personnels des Nations Unies en Afghanistan depuis quinze ans.

La France se réjouit que le Conseil ait pu, par le biais de la déclaration présidentielle que nous venons d’adopter, réitérer ce message de solidarité et de soutien, dans un contexte qui reste fragile.

2/- Ensuite, nous les évoquons régulièrement ici au Conseil, mais force est de souligner que les défis que l’Afghanistan doit relever chaque jour restent nombreux.

Comme l’a indiqué le Secrétaire général dans son rapport, en dépit des progrès considérables des forces afghanes, dont je salue ici l’engagement et le courage, la détérioration continue de la situation sécuritaire est extrêmement préoccupante. Les récents attentats, imputables aux taliban comme à l’ « État islamique – Khorasan », c’est-à-dire Daech, démontrent que la situation reste fragile. La France condamne avec la plus grande fermeté ces actes terroristes et je tiens ici, au nom de la France, à exprimer à nouveau toutes nos condoléances pour ces drames.

Il existe des difficultés sur le plan économique. L’économie illicite, la corruption ainsi que la production et le trafic des drogues doivent être activement combattus car ce sont également des obstacles au rétablissement durable de la sécurité et au développement de l’Afghanistan. Le développement d’échanges économiques avec les pays régionaux et la communauté internationale doit être encouragé.

Ainsi comme vous l’avez dit tout à l’heure M. Yamamoto, ce contexte fragile rend le maintien de l’unité du gouvernement afghan d’autant plus indispensable pour faire face à ces défis. Nous appelons les autorités afghanes à travailler dans ce sens.

3/- Enfin, le concept de « processus de paix dirigé par les Afghans » (Afghan led and Afghan owned peace process) demeure plus que jamais valable parce qu’il n’y a pas de processus de paix qui peut être imposé de l’extérieur. Des pressions accrues doivent être exercées sur les talibans par tous ceux qui ont une influence sur eux, afin de donner une chance à un règlement politique.

Il est important que l’Afghanistan travaille étroitement avec ses partenaires de la région à une feuille de route pour une paix durable. La France appelle également tous les pays de la région à soutenir activement et sans ambigüité la stabilisation de l’Afghanistan et à contribuer positivement à l’établissement d’une paix durable dans ce pays.

Le soutien des Nations unies, notamment à travers la MANUA, est crucial aujourd’hui, alors même que l’afflux de réfugiés renvoyés du Pakistan risque de confronter le gouvernement afghan et sa population à une situation humanitaire très difficile dans le court terme, et a des problématiques de réintégration à plus long terme.

Le sommet de l’OTAN à Varsovie, les 8 et 9 juillet, a réaffirmé le soutien international à la sécurité en Afghanistan pour les prochaines années. La conférence de Bruxelles pour l’Afghanistan, le 5 octobre, devra faire confirmer la poursuite du soutien international au développement, dans le cadre d’engagements réciproques.

Permettez-moi, pour conclure, de réitérer le plein soutien de mon pays au gouvernement afghan et à l’action menée par les Nations unies en soutien de ses efforts.

Je vous remercie.

Dernière modification : 14/09/2016

Haut de page