Les gouvernements sont déterminés à tarir le financement du terrorisme

Lutte contre le financement du terrorisme - Conférence de presse conjointe de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics de la France, Jack Lew, Secrétaire d’Etat au Trésor des Etats-Unis, et George Osborne, chancelier de l’Échiquier du Royaume-Uni - Propos de Michel Sapin - New York - 17 décembre 2015

Merci beaucoup Jack d’avoir organisé cette réunion qui est certes la première dans l’histoire de l’ONU, et qui a permis à des ministres des Finances de dire avec leurs mots mais aussi avec leur technicité, leur capacité d’action combien ils étaient unis pour lutter contre Daech et pour lutter contre le financement de Daech en particulier et du terrorisme de manière générale.

Je ne vais pas revenir sur la résolution elle-même qui répond en tous points à nos préoccupations : cibler l’ennemi ; désigner les bons outils ; le gel, en particulier le gel des avoirs tirés du trafic du pétrole, mais aussi avoir une attention particulière au trafic des œuvres d’art ; utiliser ce gel de manière coordonnée et efficace. Il y a là évidemment tous les outils juridiques qui doivent nous permettre d’être performants et d’être efficaces.

En complément, je voudrais faire simplement deux commentaires.
Le premier commentaire, et nous l’avons tous dit dans cette séance, est que cette résolution était primordiale. Il fallait la prendre. Elle a été prise dans de très bonnes conditions, à l’unanimité. Maintenant sa mise en œuvre est décisive. Nous allons donc unir toutes nos forces, toute notre capacité de mobilisation pour que la mise en œuvre de cette résolution soit la plus rapide et la plus efficace possible.
La deuxième chose que je voudrais dire est que la lutte contre le financement du terrorisme a deux aspects : couper le financement de Daech mais aussi couper le financement des groupes terroristes qui peuvent exister sur nos territoires et qui créent tellement de drames par les tueries et par les bouleversements parfois politiques et sociaux qu’ils peuvent entrainer. Certes nos démocraties sont solides, elles sont capables les unes et les autres de faire face, mais d’autres pays, qui sont plus faibles, sont parfaitement démunis par rapport à ce terrorisme. Nous devons donc faire aussi en sorte que le financement de ces petits groupes qui agissent à l’extérieur soit lui-même tari. Et de ce point de vue, je ferai deux remarques. Pour être efficaces, nous devons avoir un excellent échange d’information entre nous. Je veux profiter de cette occasion pour dire qu’avec aussi bien les organismes américains que les organismes anglais nous avons une coopération extrêmement étroite, extrêmement rapide et extrêmement efficace. A la suite des attentats de janvier et de novembre, c’est grâce à ces échanges d’informations qu’un certain nombre d’actions a pu être mené et parfois a permis de prévenir d’autres types d’attentats. Donc merci infiniment pour la qualité de cette relation. La deuxième chose est que nous devons maitriser toutes les technologies nouvelles parce que nous nous apercevons qu’à chaque fois qu’il y a une technologie nouvelle dans le domaine des échanges d’argent, les terroristes sont presque plus rapides que nous pour utiliser ces technologies. Ils ont une capacité à se saisir de ces nouvelles technologies qui est extraordinaire et ainsi par exemple, je prends toujours cet exemple parce que c’est ainsi que le financement des attaques de Paris a été mis en œuvre, des cartes prépayées, qui sont anonymes, permettent des transferts d’argent anonymes. Nous devons évidemment maintenir la possibilité d’utiliser ces technologies nouvelles qui sont utiles à nos populations mais nous devons mettre en œuvre les mécanismes qui permettent d’éviter qu’ils soient utilisés de manière anonyme sans laisser aucune trace, et à partir de là facilitant une utilisation criminelle ou terroriste de ces moyens nouveaux.

Voilà les quelques remarques que je veux faire. Détermination absolue de l’ensemble des gouvernements, de nos services, de nos services de sécurité à agir pour tarir le financement du terrorisme sous toutes ses formes. C’est vraiment le message d’aujourd’hui.

Dernière modification : 17/12/2015

Haut de page