MINURSO : Nous sommes en bon chemin pour un retour à la pleine fonctionnalité

Sahara occidental-Minurso / Burundi - Remarques à la presse de M. François Delattre, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Q : Sur le Sahara occidental.

C’est un mouvement qui est aujourd’hui résolument engagé vers le retour à la pleine fonctionnalité. Nous sommes en bon chemin.

Q : Sur le Burundi, le silence a été brisé plusieurs fois, où est ce qu’on en est en l’état des discussions ?

Sur le Burundi, c’est une belle négociation pour essayer, pas à pas, de nous rapprocher d’un consensus ou d’un quasi consensus qui, on l’espère, permettra d’aller de l’avant sur cette composante de police qui nous parait un élément important d’une présence internationale destinée à mieux servir les trois grands objectifs que nous poursuivons au Burundi, qui je crois sont largement partagés : rétablir un dialogue inter burundais réellement inclusif, veiller au plein respect des droits de l’Homme dans ce pays, faces aux inquiétudes qu’on peut avoir, et continuer à considérer les accords d’Arusha, dans leur lettre et leur esprit, comme la boussole qui guide la communauté internationale.

Donc à situation compliquée, cadre simple. Et ces trois objectifs centraux, pour être poursuivis efficacement, impliquent une présence progressivement accrue de la communauté internationale, laquelle passe à son tour par une composante de police dans des conditions qu’on essaie de définir avec nos partenaires. Cela me parait être le bon chemin vers le Burundi. Et donc les discussions se poursuivent dans un bon esprit avec les uns et les autres et on essaye de nouer pas à pas tous les fils du dialogue pour rassembler les quinze, en tout cas le plus grand nombre possible des quinze autour de ce chemin.

Q : Que va-t-il se passer si les autorités de Bujumbura refusaient de coopérer, refusaient une présence internationale ?

Nous avons un dialogue régulier avec les autorités de Bujumbura, avec les autorités du Burundi. Et encore une fois, c’est un processus, il ne faut pas regarder la photo, il faut regarder, le film, il faut regarder la dynamique.
L’objectif en réponse à votre question, c’est de créer cette dynamique de confiance, cette dynamique positive, qui permettra de progresser tous ensemble.

Q : Donc quel est le résultat de cette rencontre, et s’il y a une recommandation ou plusieurs recommandations sur le Sahara occidental ?

C’est un peu tôt, je pense que mon collègue japonais en tant que président du Conseil viendra tirer les enseignements qu’il tire comme Président de cette rencontre. Ce que je retiens des premiers intervenants, puisque je suis sorti pour vous voir pendant ces consultations, c’est un très bon esprit, il n’y a vraiment aucun doute, qui participe de cette dynamique très positive que j’évoquais avec une volonté unanime de considérer que nous sommes en chemin et en bon chemin vers le retour à la pleine fonctionnalité de la MINURSO.

Dernière modification : 27/07/2016

Haut de page