La France salue la volonté du Kosovo d’avancer vers un espace public démocratique - 26 mai 2015 [en]

Kosovo - Intervention de M. Philippe Bertoux, Conseiller politique de la France auprès des Nations unies - Conseil de sécurité - 26 mai 2015

Je remercie le Représentant spécial du Secrétaire général pour la présentation de son rapport, ainsi que les ministres des Affaires étrangères de Serbie et du Kosovo, MM. Dacic et Thaci, pour leurs interventions.

Madame la Présidente,

Ce Conseil s’était réuni il y a moins de quatre mois pour aborder la situation du Kosovo. Le pays, qui sortait alors d’une longue crise institutionnelle, était le théâtre de manifestations violentes. Il était à craindre que les rhétoriques extrémistes et nationalistes ne saturent l’espace public.

À cet égard, nous nous félicitons de l’apaisement qu’a depuis connu le paysage politique kosovar. Nous saluons notamment l’état d’esprit constructif adopté par les autorités de Pristina, qui ont montré leur volonté d’avancer vers la construction d’un espace public démocratique et pacifié.

Madame la Présidente,

Cet environnement favorable a permis au pays de relancer enfin le dialogue de haut-niveau avec la Serbie, comme l’y appelait le Conseil de sécurité depuis plusieurs mois.
Nous nous réjouissons des perspectives ouvertes par la réunion du 9 février à Bruxelles. Nous tenons à saluer les efforts déployés à cette fin par l’Union européenne et sa Haute-Représentante pour les Affaires étrangères, Mme Federica Mogherini, qui s’est rendue à Belgrade et Pristina fin mars. Nous lui apportons notre soutien plein et entier dans ce processus.

Cette réunion de fin mars a constitué un jalon essentiel vers la mise en œuvre effective de l’accord du 19 avril 2013, prélude à la normalisation des relations entre les deux pays que nous appelons de nos vœux. L’accord sur la justice signé le 9 février constitue un nouveau pas vers le démantèlement des structures parallèles serbes au nord de l’Ibar, démantèlement nécessaire pour l’avenir du Kosovo comme de la Serbie.

Nous appelons les parties à poursuivre leurs échanges en regardant toujours plus avant vers l’avenir. Il ne s’agit plus seulement d’œuvrer pour une normalisation formelle des relations, mais bien à la construction dans le long terme d’authentiques relations de bon voisinage, mutuellement profitables. À cet égard, le développement des relations commerciales et la sécurité juridique des investissements joueront un rôle primordial.

Madame la Présidente,

Les progrès récemment enregistrés ne doivent pas conduire le Kosovo, comme la Serbie, à relâcher leurs efforts. La tâche qui attend Pristina demeure en effet importante.

Nous rappelons à cet égard l’importance que revêt pour nous la constitution d’une communauté de communes à majorité serbe au Kosovo. Nous estimons qu’une telle mesure est nécessaire si l’on souhaite que les populations serbes embrassent pleinement leur citoyenneté kosovare, et cessent de se considérer, à tort, comme des étrangers. Il n’est pas question de constituer une « enclave » pour les populations serbes : il s’agit au contraire d’affirmer avec force que le Kosovo, tout entier, est aussi leur pays. Le statut unitaire du Kosovo ne sera nullement remis en cause par la création d’une telle structure.
L’avenir passe également par la consolidation de l’Etat de droit, et donc la lutte contre l’impunité. Nous notons avec satisfaction les mesures prises par Pristina pour instituer des chambres spécialisées qui jugeront les crimes passés mis en lumière par la Task Force d’enquête de l’Union Européenne. Nous appelons à l’adoption rapide par le parlement kosovar des amendements constitutionnels et de la loi permettant l’institution des chambres spécialisées, prévue normalement pour le 21 mai et désormais repoussée désormais au 29 mai.

Je souhaite par ailleurs profiter de l’occasion pour réitérer notre soutien sans faille à la mission EULEX, qui œuvre au quotidien pour l’Etat de droit et la sécurité au Kosovo.

Madame la Présidente,

Je ne saurais conclure sans aborder la perspective européenne que nous souhaitons pour la région des Balkans dans son ensemble. Au cours des dernières années, la Serbie a réalisé des efforts importants pour se rapprocher de l’Union européenne, que ce soit par les réformes internes qu’elle a adoptées que par l’amélioration des relations avec son voisinage. Nous la félicitons une fois de plus pour ces efforts, nous l’encourageons à poursuivre la pleine mise en œuvre des accords déjà conclus avec Pristina, et réitérons notre volonté de la voir intégrer l’UE dans un avenir proche. Nous souhaitons qu’un premier chapitre de négociation puisse désormais être ouvert rapidement.
Nous connaissons et nous soutenons la volonté du Kosovo de suivre le même chemin. Il sera long et difficile, mais il n’en est pas moins nécessaire pour l’avenir du pays. Nous savons que les dirigeants kosovars sont pleinement conscients des enjeux.
Nous leur réitérons notre confiance et notre plein soutien dans ces efforts.

Je vous remercie.

Dernière modification : 20/06/2016

Haut de page