RDC : Il faut un accord politique plus inclusif

RDC - Intervention de Mme Anne Gueguen, Première Conseillère à la Mission permanente de la France auprès des Nations unies - Conseil de sécurité - 5 décembre 2016

Le Conseil vient de s’exprimer clairement par la voix de son président. Je concentrerai mon intervention sur trois points :

Premièrement, la situation en RDC reste préoccupante. Le pays traverse une période critique au plan politique et sécuritaire. un accord pleinement inclusif n’a pas encore été atteint, malgré les messages passés pendant la visite du Conseil de sécurité et en dépit des efforts de la conférence épiscopale du Congo, la CENCO, à laquelle nous apportons tous notre soutien dans sa médiation qui doit se poursuivre. La tentation de jouer le rapport de force est perceptible d’un côté comme de l’autre. Ce jeu est dangereux. Si une spirale de violence était enclenchée, nul ne saurait prédire comment elle pourrait être arrêtée. Il faut absolument l’éviter.

Deuxièmement, le Conseil doit poursuivre avec détermination les efforts de diplomatie préventive qu’il a entrepris lors de sa visite. Nous avons pu réitérer de manière unanime les attentes du Conseil à l’égard des responsables politiques congolais, encourager une poursuite du dialogue sur une base pleinement consensuelle pour surmonter pacifiquement les différends qui subsistent et exhorter le gouvernement à mettre en œuvre les mesures de confiance nécessaires à la conclusion rapide de ces discussions, telles notamment la libération des prisonniers politiques, la levée des poursuites judiciaires et la fin des entraves à la presse. Il revient maintenant aux forces politiques congolaises dans leur ensemble de faire les gestes qui s’imposent pour maintenir la stabilité et parvenir au plus vite aux élections conformément aux exigences de la Constitution. Ce n’est pas le cas jusqu’à présent. Nous devons donc continuer à les encourager en ce sens.

Troisièmement, c’est bien là l’objectif de la déclaration présidentielle que nous venons d’adopter. La France remercie tous les membres du Conseil pour le travail constructif qui a permis d’aboutir à un texte consensuel. Cette PRST exprime clairement les attentes du Conseil, tant sur les mesures de confiance que sur la nécessité de faire preuve de souplesse, dans un esprit de compromis.

Un accord politique plus approfondi et inclusif doit être trouvé rapidement. C’est indispensable pour éviter une crise politique majeure en RDC, qui pourrait déstabiliser toute la région. Je vous remercie Monsieur le Président.

Dernière modification : 06/12/2016

Haut de page