Le Conseil de sécurité renouvelle le mandat de la FNUCHYP - Chypre (29/01/2015) [en]

Chypre - Explication de vote de M. François Delattre, représentant permanent de la France auprès des Nations unies - Conseil de sécurité - 29 janvier 2015

Monsieur le Président,

La France a voté en faveur du projet de résolution préparé par la Mission du Royaume-Uni, qui renouvelle le mandat de la Force des Nations Unies chargée du Maintien de la Paix à Chypre, la FNUCHYP.

Nous considérons, en effet, que le rôle de la FNUCHYP est essentiel.

En prévenant la reprise des combats et en contribuant au maintien de l’ordre et à un retour à une vie normale, la Force renforce la confiance entre les communautés et concourt à l’action d’ensemble menée par les Nations Unies à l’appui des négociations inter-chypriotes. En particulier, elle contribue à faciliter la mission de bons offices que conduit le Conseiller spécial en vue d’une réunification, sous la forme d’une fédération bi-zonale et bi-communautaire, avec égalité politique. Il était donc primordial que son mandat puisse être renouvelé.

L’un des aspects essentiels de l’action de la Force est aussi le soutien qu’elle apporte à l’action humanitaire que conduit le Comité des personnes disparues au profit des familles des victimes. Comme cette résolution le rappelle dans sa partie préambulaire, cinquante ans après leur disparition, la moitié des personnes disparues n’ont toujours pas été retrouvées et plus de 70% d’entre elles n’ont pas encore été identifiées. Compte tenu de ces chiffres et de l’âge avancé des parents des personnes disparues, la France est attachée à ce que les travaux du Comité puissent avancer plus vite, à travers une coopération plus étroite avec lui et la délivrance plus rapide des autorisations d’accès à toutes les zones concernées.

Monsieur le Président,

Après l’amorce d’une dynamique positive avec la signature, le 11 février 2014, d’une déclaration conjointe des dirigeants des deux communautés, il est regrettable que les négociations inter-communautaires aient connu un coup d’arrêt. Il est important que ces négociations puissent reprendre afin de parvenir à un règlement global dans les meilleurs délais sur la base des principes agréés. Comme le Secrétaire général des Nations Unies, la France souligne l’importance d’un environnement propice pour l’avancement des négociations.

Monsieur le Président,

Alors que la Force est entrée, il y a peu, dans sa 51ème année d’existence, je souhaite renouveler l’attachement de la France à un règlement de la question de Chypre. Nous saluons les efforts inlassables en ce sens de la Représentante spéciale, Mme Lisa Buttenheim, et du Conseiller spécial, M. Espen Barth Eide, et leur renouvelons notre plein soutien.

Je vous remercie.

Dernière modification : 19/01/2016

Haut de page