République démocratique du Congo [en]

RDC

La Mission de l’ONU pour la stabilisation de la République démocratique du Congo (MONUSCO)

La MONUSCO est la plus importante opération de maintien de la paix déployée par les Nations Unies – elle compte à ce jour 25 000 agents sur le terrain, dont près de 19 000 soldats. La MONUSCO est déployée en RDC depuis 1999. Son mandat a été renouvelé fin mars 2015 par la résolution 2211, adoptée à l’unanimité du Conseil de sécurité.

Le mandat de la MONUSCO est centré sur la protection des civils, qui est sa priorité absolue. A ce titre, la Mission est déployée à 95% dans l’Est de la RDC, où les groupes armés sont les plus actifs et constituent une menace grave pour la sécurité des civils. La MONUSCO dispose d’une Brigade d’Intervention, dotée d’une tâche innovante pour le maintien de la paix. La Brigade d’Intervention de la MONUSCO est chargée d’une tâche offensive : elle est destinée à lutter contre les groupes armés, en coopération avec les forces armées de RDC, dans le cadre d’opérations conjointes.

La MONUSCO a également pour mission d’appuyer la mise en œuvre de l’Accord-cadre d’Addis Abeba pour la paix, la sécurité et la coopération en RDC et dans la région des Grands Lacs, signé le 24 février 2013 par onze pays, l’Union Africaine, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, la Communauté de développement de l’Afrique australe et le Secrétaire général de l’ONU. Cet accord régional vise à stabiliser la RDC selon deux piliers : l’engagement des Etats voisin à ne pas soutenir les groupes armés actifs en RDC, et la poursuite des réformes internes du secteur de sécurité, de la justice, de restauration de l’autorité de l’Etat sur le territoire, particulièrement dans les zones affectées par les conflits.

La MONUSCO est dirigée par M. Martin Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général auprès de la MONUSCO depuis juin 2013.

Le régime de sanctions

En 2004, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 1533, établissant un régime de sanctions pour la République démocratique du Congo. Ce régime vise à accompagner la stabilisation de la RDC, en complément de l’action de la MONUSCO. Il est renouvelé annuellement, ainsi que le mandat du groupe d’experts qui lui est associé. En janvier 2015, le régime de sanctions et le mandat du groupe d’experts ont été renouvelés par la résolution 2198.

Le régime de sanctions RDC comporte un embargo sur les armes ainsi que des sanctions individuelles à l’encontre de personnes ou entités (gel d’avoirs, interdiction de voyager). 31 individus et 9 entités font à ce jour l’objet de sanctions. Les critères de sanctions sont nombreux : violations de l’embargo sur les armes, recrutement d’enfants, violations graves des droits de l’Homme, entraves aux processus de démobilisation et désarmement (DDR et DDRRR), soutien à l’exploitation illégale des ressources naturelles de la RDC en vue de financer des groupes armés.

Le Comité du Conseil de sécurité établi par la résolution 1533 décide de la mise sous sanctions d’individus ou entités et veille à l’application de ces sanctions par les Etat. Il se fonde pour cela sur les rapports et les informations communiqués par le groupe d’experts, ainsi que sur les demandes de désignations formulées par les Etats membres des Nations Unies.


Des membres de la Brigade d’intervention de la MONUSCO sur les hauteurs de Kibati, qui dominent la ville de Goma
République démocratique du Congo - 5 octobre 2013
Franceonu photo



Dernière modification : 15/04/2015

Haut de page