Syrie, "Très vigilants sur la mise en œuvre de l’accord" [en]

François Delattre s’est exprimé devant la presse avant la réunion du Conseil de sécurité sur la cessation des hostilités en Syrie.

Aujourd’hui, l’alternative est claire : c’est la diplomatie ou l’élargissement de la guerre. C’est pourquoi nous devons tous soutenir la cessation des hostilités.

La diplomatie doit avoir un impact réel pour le peuple syrien. Cet accord ne doit pas être un nouvel écran de fumée permettant à certains d’écraser impunément les civils et l’opposition syrienne. C’est pourquoi nous serons extrêmement vigilants pour la mise en œuvre effective de l’accord, pour le respect aussi des communiqués de Vienne et de Munich, et de la résolutions 2254, et notamment sur quelques points que je mentionne parmi d’autres comme exemples de vigilance :

-  la cessation des hostilités devra être étroitement surveillée par la Task Force du Groupe International de Soutien. Il est important en effet d’avoir un juge de paix incontestable ;
-  autre exemple, seuls les groupes explicitement désignés par les Nations unies devront continuer d’être ciblés militairement, c’est évidemment un point essentiel ;
-  Autre exemple, un accès sûr et sans entraves devra être assuré.
Voilà selon nous la base essentielle sur laquelle une transition politique pourra reprendre.

C’est donc dans ce esprit de grande vigilance que la France travaillera avec ses partenaires au sein du Conseil de Sécurité et du Groupe International de Soutien pour la Syrie.

Dernière modification : 07/11/2016

Haut de page