La priorité est la mise en œuvre des Communiqués de Munich [en]

Syrie - Remarques à la presse de M. François Delattre, représentant permanent de la France auprès des Nations unies - 16 février 2016

(En français et en anglais)

Nous, la France, avons demandé à ce que les consultations, demandées par la Russie sur la situation au nord de la Syrie et en particulier sur la politique turque, soit élargie à la situation sur le terrain dans l’ensemble de la zone, a travers notamment sa dimension humanitaire.

Pour la France, vous le savez, la priorité aujourd’hui est la mise en œuvre des Communiqués de Munich dans l’ensemble de leurs dispositions et la mise en œuvre également de la résolution 2254. Or, ce que nous voyons sur le terrain est, à bien des égards, tout l’inverse. Nous voyons en effet une escalade militaire menée par le régime et par ses alliés sur de nombreux fronts, y compris dans et autour d’Alep. Et la situation de plus en plus grave à Alep, et dans l’ensemble du nord de la Syrie en particulier, est pour nous une source d’extrême préoccupation.

Deuxièmement, nous le rappelons : le respect du Droit international humanitaire n’est pas une faveur, n’est pas une concession que nous demandons au régime, c’est une exigence, c’est une obligation et une obligation absolue.

Dans ce cadre, nous condamnons avec la plus grande fermeté le bombardement délibéré contre un hôpital de MSF. Les attaques contre les structures de santé en Syrie par le régime ou ses soutiens sont inacceptables et sont constitutives de crimes de guerre. Dans ce cadre, il est essentiel pour la France que le Conseil de sécurité assume ses responsabilités, y compris pour la protection des infrastructures médicales.

****

Our top priority is the implementation of the Munich Communiques and of resolution 2254. Quite frankly, what we see on the ground is in many aspects the exact opposite : it is the military escalation led by the regime and its allies.
Never has the gap between the texts and the reality been so wide. And the continued deterioration on the ground in Aleppo and in the Northern Syria in general is of utmost concern for us.

As I said many times, respecting international humanitarian law is not a favor to ask, it’s an absolute obligation according to international law. We strongly condemn the deliberate bombing of an MSF hospital, and other hospitals as well. Attacks against medical facilities by the regime and its allies are unacceptable and amount to a war crime.

And in this respect, we are convinced that the Security Council must assume its responsibilities, including with respect to protecting medical facilities in Syria.

Dernière modification : 19/02/2016

Haut de page