Ukraine [en]


Carte Ukraine
Depuis le début de la crise au mois de février 2014, le Conseil de sécurité des Nations unies s’est saisi de la question de l’Ukraine plus de 30 fois.
Pourtant, la cristallisation des positions de part et d’autre du Conseil n’a pas encore permis de faire émerger d’approche commune d’une résolution de la crise.

Après la tenue d’un référendum illégal ayant conduit à l’annexion de la Crimée en mars 2014, et face à l’impossibilité du Conseil de sécurité d’adopter une résolution dénonçant le coup de force, l’Assemblée générale des Nations unies a condamné à une très large majorité dans sa résolution 68/262 la situation et a rappelé son attachement à l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

En juillet 2014, à la suite du crash du vol MH-17 de la compagnie Malaysia Airlines, le Conseil de sécurité a pu adopter sa première résolution sur le sujet (R 2166), apportant son soutien aux autorités ukrainiennes pour faire toute la lumière, avec le concours de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) et de plusieurs autres pays sur les circonstances du drame.

Malgré des premiers engagements pris en septembre 2014 à Minsk par des représentants de l’Ukraine, de la Russie, des mouvements séparatistes sous l’égide de l’OSCE, la situation a continué de se dégrader au cours des derniers mois de l’année 2014. Début février 2015, face à une situation sécuritaire et humanitaire très préoccupante, le Président de la République française et la Chancelière allemande ont entrepris une démarche destinée à tout mettre en œuvre pour faire taire les armes et parvenir à un accord. Cette initiative a débouché le 12 février sur l’engagement des parties sur un ensemble de mesures de mise en œuvre des accords de Minsk.

Le Conseil de sécurité a endossé, dans sa résolution 2202 adoptée à l’unanimité le 17 février 2015, les efforts conduits par la France et l’Allemagne, apportant tout son poids et tout son poids et toute son autorité aux accords de Minsk en en faisant une feuille de route de la sortie de crise.

En réaction au conflit, la France a apporté son soutien à l’Ukraine pour un montant total de 2,7 millions d’euros dans les domaines de l’aide humanitaire et médicale d’urgence, l’assistance aux déplacés et le soutien à l’organisation des élections législatives de 2014.


Dernière modification : 09/03/2015

Haut de page