Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

15 décembre 2011 - Syrie - Entretien de Gérard Araud, représentant permanent de la France aux Nations unies, avec France 24

Cette décision de la Russie est extrêmement importante ?

Oui, parce que jusqu’à maintenant la Russie s’opposait à l’intervention du Conseil de sécurité dans cette crise elle a même opposé son veto début octobre à une résolution présentée par la France et le Royaume-Uni. C’est donc une véritable volte-face. Ce texte est encore insatisfaisant parce qu’il place sur le même plan les manifestants et le régime qui tire sur les civils. Mais c’est un début, nous allons négocier ce texte et j’espère que nous allons le modifier substantiellement.

Alors un texte insuffisant, donc les prochaines étapes c’est la négociation ?

Exactement, c’est une négociation entre les quinze membres du Conseil de sécurité. La France et ses partenaires notamment le Royaume-uni, l’Allemagne, le Portugal, les États-Unis mais aussi la Colombie et d’autres. Nous voudrions qu’il y ait dans ce texte une condamnation des violations des droits de l’Homme par la Syrie. Nous voudrions également qu’il y ait un embargo sur les armes afin qu’on arrête d’envoyer des armes au régime de Damas et un soutien franc aux mesures qui ont été prises par la Ligue arabe, notamment les sanctions qui ont été décidées par la Ligue arabe contre la Syrie et la demande d’un envoi d’observateurs de le Ligue arabe, observateurs des droits de l’Homme sur le territoire syrien.

Comment vous expliquez ce changement de ton de Moscou ce soir ?

Je pense que la Russie a commencé à comprendre qu’apparaître comme le défenseur quasiment unique du régime de Damas devenait inconfortable. La Ligue arabe a vraiment pris des mesures très fermes contre le régime syrien. La France a obtenu que la Commissaire aux droits de l’Homme présente lundi, un rapport sur la situation des droits de l’homme en Syrie et ce rapport était accablant et épouvantable. Donc je pense que la Russie a compris qu’il fallait qu’elle évolue.

C’est une très grande satisfaction ce soir pour la diplomatie française ?

Je crois que c’est une grande satisfaction. Le président de la République et le ministre des Affaires étrangères se sont battus sur ce thème et je pense que c’est un premier pas. Nous sommes loin du résultat que nous voulons atteindre c’est à dire une véritable transition politique en Syrie, mais j’espère que c’est un premier pas.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU