Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

Chronologie complète




- Le 22 décembre 2010, le Conseil de sécurité s’est réuni pour entendre le rapport trimestriel du Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afghanistan, M. Staffan de Mistura. Cette réunion est intervenue à la suite des décisions prises lors du Sommet de l’OTAN à Lisbonne, validant une stratégie de transfert aux Afghans de la responsabilité de la sécurité du pays pour 2014. Elle a également eu lieu au lendemain de l’annonce officielle par la commission électorale indépendante des résultats des élections législatives du 18 septembre 2010.

Dans sa déclaration, le représentant de la France a indiqué que ces élections s’étaient tenues dans des conditions très difficiles et que si elles n’avaient pas été parfaites, elles avaient néanmoins permis au peuple afghan de s’exprimer et à leurs institutions de démontrer qu’elles étaient capables de préparer, mener et assurer par elles-mêmes leur suivi. C’était un message puissant adressé en faveur d’une réconciliation inter-afghane. Il fallait que ces résultats, tels que proclamés par les commissions électorales indépendantes, soient respectés et que le nouveau parlement soit convoqué. Sur le front sécuritaire malgré des développements encourageants, la situation demeurait préoccupante, en raison notamment du caractère indiscriminé des attaques menées par les Talibans, aussi bien contre des objectifs civils que militaires.

- Le 22 mars 2011, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 1974 qui renouvelle le mandat de la MANUA jusqu’à fin mars 2012. La résolution réaffirme le rôle de la MANUA en appui au gouvernement afghan. Elle confirme les orientations définies par le processus de transition des responsabilités en matière de sécurité. Le Conseil de sécurité réaffirme son soutien à l’action du représentant spécial Staffan de Mistura. Une revue générale de l’action des Nations Unies sera menée avant la fin de l’année en vue du prochain renouvellement du mandat de la MANUA en mars 2012. Le mandat de la MANUA est mis à jour mais les priorités définies en mars 2010 restent valables (lire l’intervention de la France au Conseil de sécurité lors du débat sur l’Afghanistan le 17 mars).

- Le 6 juillet 2011, le représentant spécial du Secrétaire général, M. Staffan de Mistura, a présenté un rapport devant le Conseil de sécurité sur la situation en Afghanistan et ses implications sur la paix et la sécurité internationale. Le représentant permanent de la France est revenu, lors de son intervention, sur l’engagement de la France dans le transfert progressif et ordonné des responsabilités de sécurité aux autorités afghane prévu en 2014.

- Le 29 septembre 2011, le représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afghanistan, M. Staffan de Mistura, a présenté son rapport devant le Conseil de sécurité. Le ministre afghan des Affaires étrangères, M. Zalmay Rassoul, s’est également exprimé en cette occasion sur la situation de son pays et les implications sur la sécurité de la région.
Le représentant permanent de la France aux Nations Unies, M. Gérard Araud, est intervenu afin de rappeler le soutien de la France aux Afghans dans leur lutte contre les terroristes et leurs efforts de réconciliation à la suite de l’attentat ayant coûté la vie à l’ancien président afghan Burnahuddin Rabbani. Il a rappelé l’objectif français d’un accompagnement du gouvernement afghan vers une pleine souveraineté, tout en indiquant que 2014 ne constituerait pas la fin de l’engagement français en Afghanistan, mais sa transformation dans le cadre d’un traité d’amitié et de coopération entre la France et l’Afghanistan qui serait signé à la fin de l’année 2011.

- Le 12 octobre 2011, le Conseil de sécurité a adopté à l’unanimité la résolution 2011 renouvelant le mandat de la Force Internationale d’Assistance à la Sécurité (FIAS) pour un an. Ce renouvellement, qui permet à l’OTAN de poursuivre son action en faveur de la stabilisation du pays, tient compte des progrès enregistrés sur le terrain dans le cadre de la transition de la responsabilité de la sécurité aux forces afghanes d’ici 2014 et prend note du développement du partenariat de long terme entre l’Afghanistan et l’Alliance atlantique.

- Le 19 décembre 2011, le Conseil de sécurité a entendu les rapports du Secrétaire général adjoint pour les Opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, ainsi que du Représentant spécial du Secrétaire général à Kaboul par interim, Staffan de Mistura, sur la situation en Afghanistan. Le Conseil de sécurité a aussi entendu Jawid Ludin, vice-ministre afghan des Affaires étrangères sur l’évolution du processus de paix.
Dans sa déclaration, le représentant de la France s’est félicité des progrès enregistrés en Afghanistan et a réaffirmé son soutien au renforcement de la coopération régionale, clef d’une stabilisation durable du pays. Il a rappelé l’engagement pris par la France lors de la conférence de Bonn d’accompagner la transformation du pays à mesure qu’avance le processus de transition, au travers de la finalisation d’un partenariat de coopération qui encadrera la montée en puissance de la composante civile.

- Le 30 janvier 2012, le représentant permanent allemand, Peter Wittig, a présenté au Conseil de sécurité, en tant que président du comité de sanctions créé par la résolution 1988, le premier rapport d’activité de l’équipe d’évaluation sur le delistage d’individus ou entités inscrits.

- Le 20 mars 2012, le Conseil de sécurité a entendu M. Ján Kubiš, Représentant spécial du Secrétaire général en Afghanistan, en présence de M. Zahir Tanin, représentant permanent de ce pays. M. Kubiš a fait état de progrès dans l’appropriation par les Afghans du processus de transition, notant que les institutions de gouvernance nationales et locales avaient été renforcées afin d’assurer l’état de droit. La transition devait cependant répondre aux défis que représentaient la lutte contre les trafics et la corruption, la violence faite aux femmes ainsi que la protection des civils.

Le représentant de la France a souligné la nécessité d’une adaptation progressive de la présence des Nations unies au nouvel environnement créé par le processus de transition. Il a fait part de la décision de la France de mettre fin à ses missions de combats en 2013, tout en maintenant des formateurs militaires au-delà de 2014 et en augmentant substantiellement son engagement civil, formalisé par le Traité d’amitié et de Coopération signé à Paris le 27 janvier par le Président de la République et le Président afghan.

- Le 22 mars 2012, le Conseil de sécurité a adopté à l’unanimité la résolution 2041 renouvelant pour un an le mandat de la mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan, la MANUA.

- Le 17 mai 2012, le Conseil de sécurité a entendu en consultations privées Mme Valerie Amos, Secrétaire générale adjointe pour les affaires humanitaires et coordonnatrice des secours d’urgence, sur la situation en Afghanistan.

Le représentant de la France a relevé les nombreux défis humanitaires que devait affronter le pays, en particulier les centaines de milliers de déplacés, la situation alimentaire et les difficultés à acheminer l’aide du fait des violences. Les progrès dans le processus de transition ne devaient pas entrainer une réduction des efforts de la communauté internationale dans ce domaine.

- Le 27 juin 2012, le Conseil de sécurité a débattu de la situation en Afghanistan en présence du Secrétaire général adjoint de l’OTAN. Il a été fait état de progrès importants en matière sécuritaire et de coopération régionale, mais la protection des civils, la lutte contre les trafics de stupéfiants et le terrorisme demeuraient des défis pour les autorités afghanes.

Le représentant de la France a également rappelé que la France, conformément au plan de transition de ses zones d’opérations et conformément au cadre défini par l’Alliance au sommet de Chicago, achèverait ses missions de combat à la fin 2012 pour se concentrer sur ses actions de formation des forces afghanes de sécurité. Au-delà de 2014, l’engagement civil de la France se poursuivrait dans le cadre du traité d’amitié et de coopération signé par le Président de la République et le président Karzaï le 27 janvier 2012 à Paris. La MANUA sera de plus en plus au coeur de l’engagement international dans le pays à mesure que celui évolue vers un soutien civil.

- Le 7 août 2012, le Conseil de sécurité s’est réuni en consultations privées afin d’évoquer la situation en Asie centrale. Le Représentant spécial du Secrétaire général et chef du Centre de diplomatie préventive pour l’Asie centrale (UNRCCA) a rendu compte des derniers développements dans la région. Il a insisté sur les nouveaux défis auxquels allait être confronté le Centre avec l’achèvement en 2014 du processus de transition en Afghanistan.

Le Conseil de sécurité a adopté une déclaration à la presse soutenant les efforts du UNRCCA dans l’appui à la coopération entre pays d’Asie centrale.

- Le 20 septembre 2012, le Conseil de sécurité s’est réuni en consultations après un briefing du Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afghanistan et le Chef de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), Jan Kubiš, et du Ministre des Affaires étrangères de l’Afghanistan, Dr. Zalmai Rassoul. Tous deux se sont félicités de l’absence de détérioration notable de la situation sécuritaire dans les parties su pays contrôlées par l’armée afghane, la transition sécuritaire étant sur le bon chemin.

- Le 9 octobre 2012, le Conseil de sécurité a adopté à l’unanimité la résolution 2069 qui proroge d’une année l’autorisation de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) déployée en Afghanistan. Le mandat de la FIAS court désormais jusqu’au 13 octobre 2013.

- Le 26 novembre 2012, M. Salahuddin Rabbani, président du Haut Conseil pour la Paix, a présenté au Conseil de sécurité la situation politique en Afghanistan.

Le représentant de la France a réitéré son soutien au processus de réconciliation inter-afghane, objectif que promouvait la résolution 1988 du Conseil de sécurité, qui établissait un régime de sanctions souple et adapté aux Talibans. Le processus de paix et de stabilisation devait être mis en oeuvre selon les indications de la feuille de route du Haut Conseil pour la Paix, dont les élections présidentielle et parlementaire de 2014 et 2015 constitueraient un premier test.

- Le 17 décembre 2012, le Conseil de sécurité a adopté à l’unanimité les résolutions 2082 et 2083 renouvelant pour 18 mois les régimes de sanctions contre Al Qaïda et les talibans.

- Le 19 décembre 2012, le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afghanistan Mr. Ján Kubiš a présenté au Conseil de sécurité le rapport d’activités de la MANUA, qu’il dirige, dans le pays. A un an des élections présidentielles d’avril 2014, de nombreux défis restaient à relever, notamment concernant des violations des droits des femmes ou encore l’augmentation des exportations de cannabis et d’opium afghans.

Lors de son intervention, le représentant français a réaffirmé son soutien au processus de transition en cours, rappelant que la France resterait engagée au sein de la Force internationale d’assistance et de sécurité (FIAS) jusqu’au bout de son mandat, dans un rôle de soutien et de formation aux forces afghanes de sécurité.

- Le 19 mars 2013, le Conseil de sécurité a tenu un débat public après avoir entendu le Secrétaire général, M. BAN Ki-moon, présenter la situation en Afghanistan ainsi que les activités de la MANUA dans le pays. Alors que les élections présidentielle et législatives de 2014 et 2015 approchaient, l’Afghanistan se trouvait à un moment crucial de sa transition. M. BAN a appelé le Conseil à poursuivre son action de soutien au pays, particulièrement durant cette période clef.

Les membres du Conseil ont ensuite adopté à l’unanimité la résolution 2096 renouvelant pour un an le mandat de l’UNAMA.

Lors de son intervention, le représentant français a rappelé l’engagement de la France aux cotes de l’Afghanistan dans son passage d’une économie de guerre à une économie de paix, notamment au travers du traité d’amitié et de coopération ratifie par les deux pays.

Le pays restait cependant confronté au fléau de la drogue, un défi prioritaire que la MANUA était invitée à intégrer dans son action dans le pays.

- Le 4 avril 2013, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration à la presse, condamnant l’attentat terroriste perpétré la veille dans la province de Farah.

- Le 11 juin 2013, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration à la presse, condamnant l’attentat terroriste perpétré le même jour devant la Cour suprême de Kaboul.

- Le 20 juin 2013, le Conseil de sécurité a entendu M. Jan Kubiš, Représentant Spécial du Secrétaire général pour l’Afghanistan et Chef de la MANUA, sur les volets politique, économique et sécuritaire de la transition afghane.

Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur appui unanime aux autorités afghanes et ont rappelé qu’un renforcement des capacités techniques de la MANUA et l’appropriation du processus de transition et de gouvernance par les Afghans eux-mêmes était indispensable à l’édification d’une cohésion et d’une paix solides dans la région.

Le Représentant de la France a fait part de son inquiétude suite à une recrudescence des violences augmentant le nombre de victimes civiles, et a appelé à un processus politique inter-afghan inclusif et à des élections, prévus pour 2014, transparentes, crédibles et ouvertes à tous.

- Le 15 juillet 2013, le Conseil de sécurité a entendu en consultations privées M. Miroslav Jenča, Représentant Spécial du Secrétaire général et Chef du Centre régional de l’ONU pour la diplomatie préventive en Asie centrale, sur l’évolution récente de la situation dans cette région et l’action du Centre. Il a parallèlement souligné l’inquiétude grandissante des États de la région face à l’approche du terme de la transition afghane.

Les membres du Conseil de sécurité ont salué le rôle incontestable du Centre en matière de diplomatie préventive et dans le développement d’un cadre de coopération régionale de gestion des ressources hydriques. Le Conseil de sécurité a par ailleurs adopté une déclaration à la presse.

- Le 5 août 2013, le Conseil de sécurité a condamné dans une déclaration à la presse l’attentat-suicide intervenu le 3 août près du consulat de l’Inde à Djalalabad.

- Le 13 septembre 2013, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration à la presse condamnant l’attentat commis le même jour contre le consulat des États-Unis à Hérat, dont les Taliban ont revendiqué la responsabilité.

- Le 10 octobre 2013, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 2120 prolongeant le mandat de la FIAS jusqu’au 31 décembre 2014.

- Le 4 décembre 2013, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration à la presse condamnant les attentats perpétrés les 26 et 27 novembre dans les provinces afghanes d’Uruzgan et de Faryab, dans lesquels neuf agents au service du développement ont perdu la vie, et qui portent à 237 le nombre d’attentats dirigés cette année contre du personnel, des installations ou des biens d’organisations humanitaires présentes en Afghanistan.

- Le 17 décembre 2013, le Conseil de sécurité a entendu M. Jan Kubiš, Représentant Spécial du Secrétaire général pour l’Afghanistan et Chef de la Mission d’Assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA), sur les volets politique, économique et sécuritaire de la transition afghane. Une solution politique, reposant sur des élections transparentes et inclusives avec une participation entière des femmes, et la coopération régionale étaient essentielles pour garantir la paix, la sécurité et la stabilité.

Le représentant de la France a rappelé que l’Afghanistan était entré dans la dernière phase de préparation de l’élection présidentielle de 2014. Son succès dépendrait de la sécurité. Tout devait être fait pour que les forces afghanes relèvent ce défi. La situation humanitaire et des droits de l’Homme demeurait préoccupante, la recrudescence des combats ayant des conséquences dramatiques sur la population civile. Concernant les droits des femmes, les retards des autorités dans l’établissement du rapport de mise en œuvre de la loi pour l’élimination des violences faites aux femmes étaient préoccupants. Enfin, la lutte contre les drogues était non seulement un impératif sécuritaire mais également de santé publique et devait être mieux prise en compte au niveau politique. Dans ce contexte, les Nations Unies seraient appelées à assumer une responsabilité accrue en Afghanistan. La MANUA devrait impérativement voir son rôle politique et en matière de promotion des droits de l’Homme renforcé.

- Le 17 janvier 2014, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration à la presse condamnant avec la plus grande fermeté l’attentat terroriste perpétré dans un restaurant de Kaboul, attentat revendiqué par les Taliban qui a fait des morts et des blessés dans la population civile afghane et le personnel international, y compris celui des Nations unies.

- Le 17 mars 2014, quelques jours après la diffusion du rapport du Secrétaire général sur la situation en Afghanistan, les membres du Conseil de sécurité ont tenu une réunion autour de M. Kubiš, Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA), ainsi que de M. Tanin, Représentant permanent d’Afghanistan.

M. Kubiš et M. Tanin ont rappelé que les élections présidentielle et provinciales du 5 avril étaient cruciales. Il était fondamental qu’elles soient crédibles, légitimes et transparentes. Le pays devait par ailleurs se concentrer sur la coopération avec la communauté internationale, la coopération régionale ainsi que le développement. La protection des droits de l’Homme, en particulier des femmes et des jeunes filles, était également essentielle.

Tous les membres du Conseil de sécurité ont insisté sur le fait que cette dernière année de transition était fondamentale. Les élections étaient un événement historique, avec le premier transfert démocratique d’un président à un autre en Afghanistan. Les membres du Conseil ont également condamné les dernières attaques terroristes contre le personnel des Nations unies et les civils.

Ils se sont enfin tous accordés sur le rôle de la MANUA dans la stabilisation et consolidation de la paix du pays et ont adopté à l’unanimité la résolution 2145 renouvelant pour un an le mandat de la MANUA.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU