Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

Birmanie - Présentation



1. Derniers développements Retour à la table des matières


- Le 17 avril 2014, les membres du Conseil de sécurité se sont réunis lors de consultations privées pour entendre le Représentant spécial du Secrétaire général, M. Nambiar, sur l’évolution de la situation au Myanmar.

La Représentante de la France a salué la façon dont le Représentant spécial avait mené le dialogue entre le gouvernement et les groupes armés afin de lancer le processus de paix. Si on était dans une période de transition historique, la Représentante de la France a néanmoins rappelé qu’il fallait rester vigilant concernant la poursuite des négociations de paix et le processus démocratique en lui-même. Elle s’est également montrée inquiète par rapport à la situation des droits de l’Homme dans l’Est de l’Arakam et aux violences intercommunautaires. Elle a exhorté le gouvernement à jouer son rôle dans l’apaisement des tensions.

- Le 16 avril 2013, M. Nambiar, Conseiller spécial du Secrétaire général pour la Birmanie, a informé le Conseil réuni en consultations privées des développements dans le pays depuis les violences interethniques de juin 2012.

Le représentant de la France s’est déclaré inquiet de la poursuite de ces violences et notamment à l’encontre des Rohingyas, malgré les réformes entreprises par le gouvernement. Il a appelé les autorités birmanes à permettre un accès sans entrave aux organisations humanitaires, en particulier dans les régions de Kachin et de l’Arakan.

-  Retrouvez la chronologie complète du dossier.

2. Position de la France Retour à la table des matières

- Les autorités françaises entretiennent un dialogue soutenu avec les pays asiatiques et mobilisent les instances internationales en faveur du changement en République de l’union de Birmanie (également connu sous le nom de Myanmar). La France n’a pas cessé d’appeler à la libération des prisonniers politiques ainsi que l’arrêt de toute forme d’intimidation à l’égard de la population et de l’opposition.

- Mme Aung San Suu Kyi, assignée à résidence ou emprisonnée depuis 2003, a été libérée le 13 novembre 2010. Cette libération est intervenue à la suite d’élections tenues le 7 novembre, et dont le porte-parole du ministère avait dit le 19 octobre : " Il est clair que ces élections ne répondront à aucun des principes démocratiques élémentaires. "

Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner a fait la déclaration suivante le 15 novembre : " N’ayant cessé tout au long de ces années d’appeler à la libération d’Aung San Suu Kyi, je me réjouis de la remise en liberté de cette personnalité politique, symbole de la lutte pour la démocratie en Birmanie, combat qui lui a valu l’attribution du Prix Nobel de la Paix en 1991. Je tiens cependant à souligner qu’il ne s’agit en rien d’une mesure de clémence de la part de la junte birmane, sa peine devant arriver à son terme le 13 novembre. Nous n’avons cessé d’appeler, avec nos partenaires de l’Union européenne, à sa libération. Aung San Suu Kyi ne sera pleinement libre que si elle est libre de ses mouvements et de ses activités politiques. Il reste également de nombreux prisonniers politiques en Birmanie, et nous continuons à demander leur libération immédiate et complète. Seul le dialogue du gouvernement avec Aung San Suu Kyi et toutes les composantes de l’opposition, ainsi qu’avec les minorités ethniques, permettra à la Birmanie de prendre enfin le chemin d’une véritable réconciliation nationale. "

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a fait la déclaration suivante le 1er avril 2011 : " Les élections qui ont eu lieu en Birmanie en novembre dernier n’ont pas été conçues pour ramener la démocratie dans ce pays, mais pour consolider un pouvoir jusqu’à présent exercé par l’armée. La junte n’a pas été dissoute, elle a changé de nature. La France déplore qu’Aung San Suu Kyi et la Ligue nationale pour la démocratie continuent à être exclus de la vie politique.

Alors que le nouveau gouvernement formé en Birmanie se prévaut d’ambitions démocratiques, la France lui réitère son appel à s’engager dans un véritable processus de réconciliation nationale. Un véritable dialogue doit s’ouvrir avec toutes les forces d’opposition, notamment Aung San Suu Kyi et la LND, ainsi qu’avec les minorités. Nous attendons toujours, dans cette perspective, la libération des prisonniers politiques, dont on estime qu’ils sont plus de deux mille.

La situation des droits de l’Homme en Birmanie est aujourd’hui déplorable, y compris s’agissant des droits économiques, sociaux et culturels. La France est aux côtés du peuple birman. Nous espérons que les pays voisins de la Birmanie ainsi que l’ASEAN, dont elle fait partie, œuvreront eux aussi en faveur du rétablissement de la démocratie dont ce pays a été privé depuis trop longtemps."

- La France a œuvré activement en faveur de la mise en place en décembre 2007 à l’ONU du " groupe des Amis de la Birmanie ", groupe informel composé de 14 pays : Australie, Chine, Corée du Sud, Etats-Unis, France, Inde, Indonésie, Japon, Norvège, Royaume-Uni, Russie, Singapour, Thaïlande, Vietnam, ainsi que de l’Union européenne.

- Chaque année, l’Assemblée générale de l’ONU adopte une résolution sur la situation en Birmanie, soutenue par la France, dans laquelle l’Assemblée marque sa préoccupation quant aux violations des droits de l’homme dans ce pays.


La Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et Coordonnatrice des secours d’urgence, Valerie Amos, lors d’une visite en Birmanie - décembre 2012 - Crédits : OCHA/David Ohana


(Avril 2014)

2. Dernières déclarations de la France Retour à la table des matières

-  Retrouvez toutes les déclarations de la France

3. Textes de référence Retour à la table des matières

- 13 août 2009 - Déclaration à la presse du président du Conseil de Sécurité

- 22 mai 2009 - Déclaration à la presse du président du Conseil de Sécurité

- 2 mai 2008 - S/PRST/2008/13 - Déclaration du Président du Conseil de sécurité - La situation au Myanmar

- 17 janvier 2008 - SC/9228 – Déclaration à la presse du Conseil de sécurité

- 11 octobre 2007 - S/PRST/2007/37 - Déclaration du Président du Conseil de sécurité - La situation au Myanmar

4. Liens utiles Retour à la table des matières

- Fiche pays sur France-Diplomatie

- Dossier pays du Centre d’actualités de l’ONU



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU