Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

16 juin 2009 - Géorgie : Déclaration du Porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes

La France regrette profondément le veto russe au projet de résolution que nous avons présenté avec le soutien d’une majorité de membres du Conseil de sécurité.

Cette résolution de reconduction technique de la mission des Nations unies en Géorgie (MONUG) se référait aux principes de souveraineté, d’intégrité territoriale et d’indépendance de la Géorgie, auxquels nous sommes attachés, selon des termes que la Russie avait déjà acceptés à deux reprises depuis le conflit d’août 2008, dans les résolutions 1839 du 9 octobre 2008 et 1866 du 13 février 2009.

Au-delà des discussions sur la reconduite technique de la Mission, les efforts importants de compromis avaient été réalisés lors de la négociation d’une résolution plus ambitieuse, comportant un régime de sécurité crédible et un mandat de la MONUG qui lui permette d’agir efficacement pour assurer le respect du cessez-le-feu sur le terrain, semblait à portée de main. Nous avions besoin d’encore un peu de temps pour parvenir à un compromis sur une résolution qui aurait redéfini la présence des Nations unies sur le terrain. C’est pourquoi nous avons souhaité déposer un texte de reconduction de deux semaines de la mission, selon les termes déjà agréés dans les résolutions précédentes.

La Russie a pris une lourde responsabilité en opposant son veto à ce texte qui visait à donner plus de temps à la négociation, en l’absence d’accord sur le fond entre les membres du Conseil de sécurité. Ce faisant, elle met fin à 15 ans de mission stabilisatrice des Nations unies en Géorgie. La population civile, qui a besoin d’assurances de sécurité et d’une présence internationale impartiale destinée à prévenir tout risque de provocation et d’arbitraire, sera la première victime de cette décision. Le veto russe laisse sur le terrain une situation toujours délicate et instable, que nous voulons que le Conseil de sécurité continue à suivre.

La France appelle la Russie à respecter strictement les dispositions des accords du 12 août et du 8 septembre 2008. La France réaffirme son soutien à la mission d’observation de l’Union européenne en Géorgie (EUMM) qui doit pouvoir accomplir sa mission en Géorgie sans entrave.

Elle apporte tout son soutien à la poursuite des discussions de Genève sur la stabilité et la sécurité dans la région et la question des réfugiés et des déplacés internes dont la prochaine session doit se tenir le 1er juillet prochain. Nous appelons tous les participants aux discussions de Genève à être constructifs dans le cadre de ce processus politique important.

Enfin, la France réitère son attachement à la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de la Géorgie dans ses frontières internationalement reconnues.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU