Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

18 décembre 2009 - 30ème anniversaire de l’adoption de la Convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination a l’égard des femmes (CEDEF) : Déclaration du ministère des Affaires étrangères et européennes

’’La France s’associe au 30ème anniversaire de la CEDEF. Cette journée est d’abord une occasion d’appeler les Etats au respect des engagements pris, d’évaluer le bilan de nos actions, mais aussi des acteurs de la société civile et des défenseurs des droits de l’Homme. C’est aussi une occasion de mobilisation de tous pour promouvoir et défendre les droits des femmes, pour combattre les violations et les discriminations à leur encontre et, partout ou cela est nécessaire, fixer de nouveaux objectifs à notre action commune.

La Convention des Nations unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes est à ce jour ratifiée par 186 pays, soit près de 95 pour cent des Etats membres des Nations unies. En ratifiant la Convention, les Etats s’engagent à prendre toutes les mesures visant à supprimer toutes formes de discriminations à l’égard des femmes, dans tous les domaines y compris les domaines politique, économique, social, culturel et civil.

Le 30ème anniversaire de cette convention fournit une occasion de se féliciter et de constater les progrès récents qui ont été accomplis au niveau national pour appliquer la convention et réaliser des avancées véritables pour les femmes.

La Convention est dotée d’un organe semi-permanent, le Comité CEDEF, chargé de veiller à la mise en oeuvre effective de la Convention par le suivi de la situation des femmes dans chaque pays. Le Comité peut également être saisi de plaintes individuelles. La France y est représentée par Mme Ameline, ancienne ministre en charge de l’égalité professionnelle et de la parité, dont l’engagement est connu de tous.

Les atteintes aux droits des femmes, les inégalités qui ne se réduisent que lentement dans les domaines politique, économique et social, justifient de renouveler les efforts pour passer d’une égalité reconnue par les textes à une égalité garantie dans les faits. Malheureusement, les nombreuses réserves à la Convention qui vont à l’encontre du principe d’égalité entre hommes et femmes affaiblissent considérablement son efficacité.

La France a fait adopter, sous Présidence française du Conseil de l’Union européenne, des nouvelles lignes directrices de l’UE sur les violences contre les femmes et la lutte contre toutes formes de discrimination à leur encontre, qui encadrent l’action du réseau diplomatique de l’UE et des Etats membres.

Ces lignes directrices incitent également à lutter contre les discriminations dans la loi et dans la pratique dont sont victimes les femmes.

La France souhaite que le Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies désigne un expert reconnu, à la compétence indiscutée et dont le mandat sera complémentaire aux travaux du Comité CEDEF, pour faire avancer tous les pays dans cette voie.’’



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU