Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

5 juillet 2012 - Mali - Adoption de la résolution 2056 du Conseil de sécurité - Déclaration de M. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères


(Paris, le 5 juillet 2012 )


Je salue l’adoption aujourd’hui par le Conseil de sécurité des Nations Unies de la résolution 2056 sur le Mali, à l’initiative de la France. Le Mali et plus largement le Sahel sont plongés dans une crise d’une extrême gravité. Cette crise porte atteinte à la sécurité des populations, accentue la crise humanitaire en cours dans la région, accroît la menace terroriste et désormais porte atteinte au patrimoine mondial. La résolution 2056, placée sous le chapitre VII de la Charte des Nations Unies, fixe le cadre d’une solution politique globale au Mali et témoigne de la mobilisation de la communauté internationale.

Le Conseil de sécurité renouvelle son soutien aux efforts de la CEDEAO et de l’Union africaine, avec l’appui du Secrétaire général des Nations Unies, pour trouver une solution politique à la crise au Mali.

Le Conseil de sécurité fixe d’abord très clairement ses attentes pour avancer dans la mise en oeuvre de la transition : il exige la dissolution de la junte et appelle les autorités civiles à élaborer une feuille de route en concertation avec l’ensemble des partis politiques maliens et la société civile pour consolider la transition au Mali.

Le Conseil de sécurité rappelle que l’intégrité territoriale du Mali ne peut pas être remise en cause et exige des groupes rebelles la cessation immédiate des hostilités, ainsi que le renoncement à leurs liens avec les groupes terroristes présents dans la région.

Le Conseil de sécurité appelle en outre tous les Etats à coordonner leurs efforts pour lutter contre le terrorisme d’AQMI, du MUJAO et de leurs soutiens et appelle à l’adoption de sanctions. La France relaie avec force cet appel : la communauté internationale doit mettre tout en oeuvre pour lutter contre le terrorisme au Mali et au Sahel, qui menace de déstabiliser l’ensemble de la région. La France engage aussi tous les Etats de la région, au Nord comme au Sud du Sahara, à intensifier leur coopération pour lutter contre AQMI.

Le Conseil de sécurité se déclare enfin prêt à examiner la demande de la CEDEAO et de l’UA d’autoriser le déploiement d’une force de stabilisation au Mali dès qu’il aura reçu des précisions sur les objectifs et les moyens d’une telle force car de telles précisions sont indispensables avant toute décision. Le CSNU encourage les autorités de transition maliennes, la CEDEAO, l’UA et les Nations Unies à travailler ensemble, à coopérer étroitement pour apporter ces précisions.

La France est pleinement mobilisée pour aider les autorités maliennes, la CEDEAO et l’UA à mettre en oeuvre dès aujourd’hui les volets politiques de cette résolution, qui est le premier résultat de nos efforts sur ce sujet au Conseil de sécurité. Elle continuera par ailleurs à mobiliser l’ensemble de ses partenaires, au sein du Conseil de sécurité, de l’Union européenne et dans toutes les enceintes internationales concernées, pour progresser vers une solution politique globale au Mali.


En savoir plus sur le Mali.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU