Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

30 Mai 2008 - Déplacement du Conseil de sécurité en Afrique : Interview de M. Jean-Maurice Ripert, Représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Interview de M. Jean-Maurice Ripert, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies à New-York avec BBC Afrique, 30 Mai 2008




Sur les étapes de la RDC, du Tchad et de la Centrafrique, que vous coordonnez, quels sont les principaux messages que vous allez adresser aux différents gouvernements dans ces trois pays ?


D’abord, évidemment, nous allons rencontrer les autorités nationales, élues, démocratiques, le Président Déby, le Président Kabila mais aussi les autres autorités nationales notamment en République Démocratique du Congo où le processus politique est extrêmement important et doit être conforté.

Nous allons aussi rencontrer les autorités locales dans les zones où se trouvent des réfugiés et des personnes déplacées pour leur apporter le soutien du Conseil de sécurité, et de même, apporter le soutien du Conseil de sécurité aux opérations des Nations unies qui sont déployées sur le terrain : la MONUC en RDC, la MINURCAT et EUFOR - l’opération européenne - au Tchad.

Nous allons apporter notre soutien aux représentants spéciaux du Secrétaire général. C’est extrêmement important : M. Angelo au Tchad et M. Alan Doss au Congo.

Et puis nous allons visiter des camps, parler à la société civile, voir des travailleurs humanitaires, des ONG, des agences des Nations unies, et redire l’importance que nous attachons à leur travail, le côté admirable de ce qu’ils font.

Partout comme l’a rappelé l’ambassadeur Kumalo tout à l’heure, après ma propre intervention, nous allons rappeler l’importance du combat pour l’Etat de droit, pour le respect des droits de l’homme, pour la lutte contre l’impunité, et pour qu’on mette fin aux violences sexuelles, aux abus contre les enfants, et d’une manière générale réaffirmer notre volonté de mieux assurer la protection des civils dans les conflits armés.



Sans oublier que le Soudan et le Tchad doivent respecter les accords signés à Tripoli et à Dakar, et également, sur la RDC, parler des violences sexuelles dans l’Est ?


Bien sûr, évidemment. Au Tchad nous insisterons sur l’importance du respect des accords passés entre le Tchad et le Soudan, l’importance de ne pas apporter de soutien aux forces rebelles et aux groupes armés dans chaque pays, et développer des rapports pacifiques et de coopération dans l’intérêt des deux pays. Ca me paraît extrêmement clair et les résolutions du Conseil de sécurité sont très claires à cet égard.



Et la violence sexuelle à l’est de la RDC ?


La violence sexuelle je viens d’en parler. Nous nous réjouissons à cet égard de la récente arrestation de M. Bemba, dont l’un des chefs d’inculpation est celui de crimes de guerre au nombre desquels figurent des violences sexuelles. C’est la première fois dans l’histoire de la Cour Pénale Internationale. Nous pensons que c’est une évolution positive et nous espérons que le message sera compris.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU