Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

9 juin 2010 - Iran - Adoption de la résolution de sanctions - Entretien de M. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies, avec France 24

Q : M. Gérard Araud, bonsoir. Vous êtes devant la Maison de verre à New-York, est-ce que la France est satisfaite ce soir ? Est-ce que les sanctions vous paraissent suffisamment dures contre l’Iran ?

Bonsoir. La résolution que nous venons de voter est une résolution extrêmement significative, comme vous l’avez dit. Mais je voudrais vraiment souligner qu’il s’agit de la quatrième résolution de sanctions que nous votons au Conseil de sécurité et que les Russes et les Chinois ont toujours voté avec nous. Ce n’est donc pas l’Occident contre l’Iran, c’est l’ensemble de la communauté internationale contre l’Iran.

Q : Ce n’est pas l’Occident contre l’Iran mais toutefois il y a deux pays, qui sont les alliés de l’Occident, la Turquie et le Brésil, qui ont voté contre. Est-ce que ça n’entame pas le message politique du Conseil de sécurité ?

Je ne pense pas parce que les Brésiliens et les Turcs nous ont dit très clairement qu’ils partagent nos objectifs. Nos objectifs, c’est d’avoir des assurances, des garanties sur le caractère pacifique du programme nucléaire iranien sur lequel nous avons de grands doutes. Le désaccord que nous avons eu avec nos amis turcs et brésiliens est avant tout tactique. Ils pensaient qu’il fallait encore attendre un petit peu avant d’en venir aux sanctions. Et je crois que nous sommes d’accord avec eux.

Q : Beaucoup d’éditorialistes, notamment américains, commencent à mettre en cause l’efficacité de ces sanctions. Ils disent que c’est le quatrième train de sanctions et que finalement ça ne change rien, l’Iran continue son programme nucléaire. En quoi ces sanctions-là vont être plus efficaces que les autres ?

Nul ne peut savoir si les sanctions ont été efficaces ou pas. Notre conviction est qu’elles rendent beaucoup plus difficile pour l’Iran l’acquisition des technologies ou des matériaux dont il a besoin pour ses programmes proliférants dans les domaines nucléaires et balistiques. Evidemment l’Iran a des réseaux pour éviter de contourner les sanctions mais cela rend son entreprise beaucoup plus couteuse et beaucoup plus difficile.

Q : Dernière question sur les déclarations de Mahmoud Ahmadinejad " ces sanctions sont sans valeur, elles doivent être jetées à la poubelle comme un mouchoir usagé ". Que pensez-vous de la formulation ?

Je laisse au Président iranien la responsabilité de ses déclarations mais c’est son pays qui va souffrir des conséquences de sa politique.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU