Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

15 juillet 2008 - Soudan : Stake out de l’Ambassadeur

Est ce que le Conseil va discuter de l’inculpation du président Béchir ?

Le Conseil de sécurité n’a pas cela à son ordre du jour pour l’instant et d’ailleurs à ma connaissance le président Béchir n’est pas encore inculpé. Ce qui est sur la table pour l’instant, c’est une demande par le Procureur d’une saisine de la Chambre préliminaire aux fins d’inculpation. Mais vous connaissez la position française : elle est extrêmement claire sur le sujet.

D’abord, nous nous prononcerons une fois que les faits seront connus, c’est à dire une fois que la Chambre préliminaire aura répondu à la demande du Procureur. Ensuite nous pensons que la justice doit suivre son cours, celle qui est en France, celle qu’il y a dans toutes les démocratie. La justice pénale internationale a été créée pour cela aussi : le cas du Soudan a été déféré à la Cour pénale Internationale (CPI) à la demande du Conseil de sécurité. Donc il appartient au Conseil de sécurité de laisser le Procureur travailler.

Mais nous insistons aussi sur la possibilité qui s’offre aux autorités soudanaises de coopérer avec la CPI comme le demande le Conseil de sécurité de manière répétée : à la fois depuis la résolution 1593 mais aussi à travers plusieurs résolutions et déclarations présidentielles. Il est toujours temps de coopérer et nous pensons que les autorités soudanaises ont intérêt à le faire dans les deux cas qui sont déjà sur la table, c’est à dire le cas des deux personnes déjà inculpées par la CPI.

I can say that, for the moment, we are waiting for the decision of the Preliminary chamber because the only thing we have seen for the moment is the request by the Prosecutor for the indictment of President Bechir.

The position of France is very well-known : we think that the judicial process should go on. The Security Council has seized the ICC with the case of Sudan. The Security council should not mix up with the process- the due process of law- meaning that prosecutors should work and the preliminary chamber has to make a decision.

But it is still time for the Sudanese authorities to cooperate with the Court as requested by the Security Council, through resolutions and many declarations. In the case of the two inductees which already are on the table. Once again, we think that it is not too late for the Sudanese authorities to cooperate.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU