Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

19 septembre 2008 - Soudan : Stake out de M. Jean-Maurice Ripert

Ce matin, pour revenir très rapidement sur les affaires soudanaises. La position française est extrêmement claire, et a d’ailleurs été réitérée ce matin dans un communiqué du Quai d’Orsay : la France exige du Soudan qu’il respecte les engagements qui sont les siens, et qu’il mette en œuvre les demandes de la communauté internationale, en particulier du Conseil de sécurité, et les demandes qui portent en particulier sur sa coopération avec la Cour pénale internationale.

Nous demandons, et c’est extrêmement clair que MM. Haroun et Ali Kushayb qui sont inculpés par la Cour pénale internationale soient arrêtés et livrés à la justice pénale internationale pour être jugés, et enfin, je vous confirme qu’il n’y a aucune négociation, aucun marchandage avec le gouvernement du Soudan et que la question de l’article 16 relative éventuellement à la possible inculpation du Président Bechir n’est pas soulevée aujourd’hui.

Nous attendons les décisions de la chambre préliminaire et si la question était soulevée aujourd’hui au Conseil de Sécurité, je vous le dis clairement, la France s’opposerait à l’activation de l’article 16.


I can also restate in English what I have just said. We demand to the Sudanese government to comply with its international obligations, in particular the request by the Security Council, and in particular to cooperate with the ICC. We ask the government of Sudan to respect the demand and to arrest and make sure that Mr Haroun and Ali Kushayb will be tried in conformity with the demand of ICC prosecutors and at last, regarding President Bechir, there is no - for the moment as you know very well, we are waiting for the decision of the preliminary chamber of the ICC - there is no negotiation on-going with the Sudanese authorities, there is no bargaining, and if tomorrow the question was raised in the Security Council, the position of France is very clear, we would oppose any request for implementing article 16, regarding the procedure of Sudan and Darfur.

Thank you very much.


Monsieur l’Ambassadeur, quels sont les moyens de pression du Conseil sur le gouvernement soudanais s’il ne se plie pas aux vues du Conseil ?

Je pense qu’à un moment donné, il faudra envisager des pressions supplémentaires contre le gouvernement soudanais ou contre les autorités soudanaises qui ne remplissent pas leurs obligations. La Cour pénale internationale fait son travail, le Conseil de Sécurité fera son travail.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU