Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

21 septembre 2010 - Sommet sur les OMD - Evènement parallèle sur les financements innovants - Déclaration à la presse de M. Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes

Mesdames et messieurs, c’est un miracle que cette réunion ait eu lieu. D’abord parce que ce sujet rencontre quelques difficultés et ensuite parce que l’électricité nous manquait. C’est la première conférence qui ait eu lieu sans que le son puisse se propager à travers la foule et sans qu’il y ait de traduction.

Mais grâce à la présidence japonaise, grâce à la présidence belge, à la présidence de l’Union européenne et grâce à M. Douste-Blazy, nous avons réussi à tenir trois heures et demi sur des sujets considérables : la santé, le développement, l’éducation. Et tout ça autour d’une idée centrale : il manque de l’argent pour ces trois sujets. Il manque de l’argent pour le développement. L’argent public ne suffira pas, l’argent public doit être soutenu avec ces financements innovants. Encore une fois ce n’est pas pour remplacer l’argent public, c’est le message que je vous demande de faire passer : ce n’est pas pour remplacer les politiques de soutien au développement qui viennent des Etats, mais pour ajouter cet argent.

La déclaration qui a été adoptée et qui se répandra je crois très vite prouve une seule chose : il y a eu plusieurs rapports qui consacraient ces financements innovants. Tous les rapports convergent. Il n’y a pas de problème technique, il y a un problème politique. Il faut une volonté politique forte pour faire passer ce mouvement nécessaire, quelles que soient les modalités. Cela a toujours été comme ça, quand on a fait un mouvement qui a révolutionné le monde, il y a eu beaucoup d’obstacles. Nous avons rencontré beaucoup d’obstacles.

Vous allez voir, il y aura des gens qui ne trouveront pas cela orthodoxe, parce que ce n’est pas politiquement correct. Il y aura beaucoup d’autres gens qui comprendront, que dans le monde que l’on connait, après la crise économique que l’on a connue, donner un peu de moralité aux échanges internationaux, aux transactions financières internationales, ce serait bien et à mon avis ce sera fait, dans combien de temps je n’en sais rien. J’espère que, dans cinq ans, au rendez-vous de 2015 pour que les objectifs du millénaire soient tenus, j’espère qu’à cette date, nous tiendrons cette taxe sur les transactions financières à laquelle, je crois, bientôt tout le monde croira.

Interview :

Q : It is important to have as many countries as possible but in the other hand, countries like USA are not even a member of the Leading Group.

I know that there is not a total agreement. When we wanted to create Doctors without Borders, it was impossible, so we did it. Yes, it is impossible so we will do it.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU