Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

13 mars 2012 - Assemblée générale - Réforme du Conseil de sécurité - Intervention de M. Martin Briens, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations Unies

Monsieur le Président,

Je voudrais à nouveau vous féliciter pour l’organisation de ce 8e cycle des négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de Sécurité.

L’examen de chacune des initiatives proposées depuis le printemps dernier, dans le cadre défini par la décision 62/557, procède d’une approche pragmatique qui permet d’encourager les débats interactifs.

C’est précieux car, sans interactivité, sans l’amorce de vraies négociations, il est clair que nous ne progresserons pas sur la nécessaire réforme du Conseil de sécurité.

Monsieur le Président,

Nous venons d’entendre le groupe L69 exposer sa proposition, après le G4 en janvier, puis le groupe « Unis pour le Consensus » le mois dernier. Nous avons donc passé en revue la moitié des initiatives qui ont été formalisées par certains Etats membres depuis l’année dernière.

Avec les compléments qui nous seront apportés d’ici à la fin du 8e cycle, et en gardant en mémoire le texte de compilation que vous avez rédigé, ainsi que les options pour une voie intérimaire de réforme, nous avons à notre disposition, je pense, tous les éléments nécessaires pour nous engager dans de véritables négociations.

Les paramètres, les termes, les propositions sont connues. Maintenant, il nous faut entrer dans le vif des négociations. Avec la bonne volonté de chacun, nous pourrons définir un Conseil qui reflète mieux les réalités du monde actuel, sans perdre sa capacité à agir et à relever les défis de sécurité qui nous sont posés aujourd’hui.

Monsieur le Président,

Pour cela, il faut bien sûr donner leur place aux nouvelles puissances qui auront à la fois la volonté et la capacité d’assumer la responsabilité d’une présence permanente au Conseil de sécurité et seront en mesure, conformément à la Charte, d’apporter une contribution importante à l’action du Conseil au maintien de la paix et de la sécurité internationales.

Comme vous le savez, la France soutient un élargissement dans les deux catégories de membres, ainsi qu’une présence plus importante des pays africains au Conseil de sécurité, en particulier parmi les membres permanents. La question de la représentation d’un pays arabe se pose également.

Au regard de cette position maintes fois répétée, la France appuie donc le G4 et sa proposition, telle qu’exposée en janvier dernier.

Monsieur le Président,

Les appels que nous lançons à l’amorce de vraies discussions ne sont pas de vains mots. Je suis persuadé que la grande majorité des Etats membres, comme la France, est prête à travailler concrètement à la réforme du Conseil de sécurité, en explorant les options possibles de manière a la fois honnête et transparente, que ces options soient à caractère définitif ou intérimaire.

Et vous pouvez être assuré, Monsieur le Président, de notre soutien aux initiatives que vous prendrez dans ce cadre.

Je vous remercie.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU