Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

22 septembre 2011 - Assemblée générale - Réunion de haut niveau sur la sûreté et la sécurité nucléaire - Allocution de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République

Monsieur le Secrétaire général des Nations Unies,

Madame et Messieurs les chefs d’Etat et de Gouvernement,

Nous nous retrouvons six mois après la catastrophe de Fukushima. Ce doit être d’abord l’occasion, pour chacun d’entre nous, de rendre hommage au courage des Japonais, à leur capacité à résister, à leur très grande dignité et à la façon dont ils ont su gérer une crise majeure.

Mais six mois après Fukushima, M. le Secrétaire général, il convient que la communauté internationale organise le bon débat. La question n’est pas de savoir " nucléaire ou pas de nucléaire " ? Chacun est libre de choisir son mix énergétique. Mais qui pourra dire qu’avec les besoins sans précédent d’énergie dans le monde, nous pourrons nous passer de l’énergie nucléaire, qui est la seule énergie qui nous permettra de remplir nos engagements en termes de réduction de gaz à effet de serre ?

Un pays comme le Japon, qui n’a pas de pétrole, qui n’a pas de gaz, croyez-vous que l’une des plus grandes économies du monde pourra fonctionner simplement avec le solaire et avec les éoliennes ?

Le besoin d’énergie, c’est la clef pour la croissance et pour le développement. La vraie question n’est pas " nucléaire ou pas nucléaire ", c’est " quelle sûreté pour le nucléaire " ? Et c’est là où nous devons faire porter tous nos efforts.

Et je voudrais me permettre de faire quelques remarques. La première remarque, M. le Secrétaire général, c’est qu’aujourd’hui il est extravagant de constater qu’il est plus facile pour la communauté internationale de déclencher le contrôle sur une installation nucléaire militaire que sur une installation nucléaire civile. C’est une première anomalie. Le nucléaire militaire pose des questions considérables mais le nucléaire civil, en termes de sûreté, pose également des questions considérables.

La France milite pour que chaque pays qui accède au nucléaire civil - et nous pensons que tous les pays ont le droit d’accéder à la technologie nucléaire civile - doive se doter d’abord d’une autorité de sûreté nucléaire indépendante. La France l’a.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU