Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

27 juillet 2011 - Assemblée générale - Suivi de la Réunion de haut niveau du 24 septembre 2010 destinée à revitaliser les travaux de la Conférence du désarmement et à faire avancer les négociations multilatérales sur le désarmement - Intervention de M. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies, au nom du P5 et à titre national

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire général,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi, Monsieur le Secrétaire général, au nom de la République populaire de Chine, de la France, de la Fédération de Russie, du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et des Etats-Unis d’Amérique, de vous remercier d’avoir convoqué cette réunion de suivi de la Réunion de haut niveau qui s’est tenue le 24 septembre 2010. Nous saluons votre engagement personnel et le rôle moteur que vous avez joué en matière de désarmement et de non-prolifération. Nous soutenons sans réserve vos efforts continus pour revitaliser les travaux de la Conférence du désarmement. Nous sommes profondément préoccupés par la persistance de son blocage et de son manque de progrès depuis la réunion de l’année dernière. Il est essentiel de réaffirmer le rôle de négociation de la Conférence du désarmement et de lui permettre de reprendre ses importants travaux sans délai.

Dix mois après la Réunion de haut niveau, la réunion de suivi d’aujourd’hui nous offre l’opportunité de réfléchir sur la situation du dispositif de désarmement et d’étudier les moyens de faire encore des progrès en matière de désarmement, de paix et de sécurité internationales.

Nous nous félicitons des nombreux développements positifs intervenus au cours des dernières années dans le domaine de la réduction des armements, du désarmement et de la non-prolifération. En particulier, l’adoption par la Conférence d’examen du TNP en 2010 d’un Plan d’action concret et équilibré sur les trois piliers du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), témoigne de la ferme volonté de la communauté internationale de renforcer le régime international de non-prolifération nucléaire et d’adopter une approche globale et pragmatique des questions nucléaires. Tous les Etats parties doivent à présent travailler ensemble pour faire progresser la mise en œuvre du Plan d’Action du TNP.

Dans ce contexte, les Etats du P5 sont fermement résolus à assumer leurs responsabilités et à jouer leur rôle. Lors de la Réunion de haut niveau l’année dernière, la France s’est engagée à organiser la première Réunion des partenaires du P5 pour le suivi de la Conférence d’examen du TNP de 2010. C’est ainsi que, les 30 juin et 1er juillet, les membres du P5 se sont réunis à Paris, au niveau des directeurs généraux et des experts, pour faire le bilan des engagements pris lors de la Conférence d’examen du TNP et contribuer à la préparation du prochain cycle d’examen du TNP. Ils ont discuté d’une grande variété de sujets ayant trait au désarmement et à la non-prolifération nucléaires.

C’était la seconde fois que le P5 se réunissait dans ce format pour étudier ces questions. La première réunion avait été la Conférence de Londres sur les mesures de confiance en 2009. La Conférence de Paris était donc une occasion importante et cruciale de renforcer encore la confiance réciproque sur les questions nucléaires. Nous souhaitons vous faire partager dans leurs grandes lignes les résultats de nos discussions, consignés dans le communiqué de presse final conjoint publié à l’issue de la Conférence.

En tant qu’Etats dotés d’armes nucléaires, nous avons débattu de la manière dont nous entendions satisfaire à nos obligations en matière de désarmement en application du TNP, notamment en ce qui concerne notre engagement en faveur des efforts préconisés par le Plan d’Action du TNP de 2010, en particulier les mesures énoncées dans l’action 5, ainsi que l’obligation de rendre compte et d’autres mesures. Nous avons poursuivi nos discussions sur les questions de transparence et de confiance mutuelle, y compris sur la doctrine et les capacités nucléaires, ainsi que sur les questions de vérification. Ces mesures sont importantes pour asseoir les efforts ultérieurs de désarmement sur une base solide.

Nous avons en outre procédé à un échange de vues sur les mesures destinées à soutenir le pilier non-prolifération du TNP, notamment sur les moyens de répondre aux notifications de retrait du Traité, dans le respect des dispositions de son article X. Nous avons également souligné la nécessité de renforcer les garanties de l’AIEA, notamment en encourageant l’adoption du Protocole additionnel et en renforçant les moyens et capacités de l’AIEA en matière de prévention et de détection des cas de non-respect des obligations de non-prolifération.

Tous les Etats, Parties au TNP ou non, doivent contribuer à l’objectif global de désarmement en créant l’environnement de sécurité nécessaire, en réglant les tensions régionales, en favorisant la sécurité collective, en veillant à ce que le régime international de non-prolifération nucléaire demeure solide et fiable, et en progressant dans tous les domaines du désarmement.

Nous avons la conviction que la Conférence du désarmement, seul forum multilatéral de la communauté internationale pour la négociation sur le désarmement, doit conserver le rôle essentiel dans les négociations de fond sur les questions prioritaires du désarmement.

Nous demandons instamment à tous les Etats membres de la Conférence du désarmement de se mettre d’accord sans délai sur un programme de travail global et équilibré permettant à la Conférence du désarmement de reprendre son travail de fond.

Nous reconnaissons que la négociation d’un Traité d’interdiction de la production de matières fissiles est un élément essentiel pour assurer la mise en œuvre effective de l’article VI du TNP et prévenir la prolifération nucléaire. Ce traité contribuerait à réduire les principaux constituant nécessaire pour des armes nucléaires. Nous réaffirmons notre soutien à l’ouverture immédiate, à la Conférence du désarmement, de négociations sur ce traité, incluant notamment des dispositions en matière de vérification.

Pour soutenir le rôle de négociation au sein de la Conférence du désarmement, les membres du P5 s’emploieront, d’ici la prochaine Assemblée générale des Nations Unies, à renouveler leurs efforts auprès d’autres partenaires concernés afin de promouvoir ces négociations.

Par ailleurs, les membres du P5 rappellent l’engagement qu’ils ont pris de promouvoir et de garantir l’entrée en vigueur rapide et l’universalisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU