Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

28 novembre 2011 - Assemblée générale
Réforme du Conseil de sécurité - Intervention de M. Martin Briens, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies

Monsieur le Président,

Permettez-moi tout d’abord de vous féliciter pour votre reconduction en tant que facilitateur des négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de Sécurité. Je me réjouis que votre nomination soit intervenue dans les tout premiers jours de la 66e session de l’Assemblée générale, témoignant ainsi de l’engagement du Président de l’Assemblée générale, et du vôtre, sur ce dossier essentiel.

Je vous remercie pour l’organisation de cette réunion qui marque le début du 8e cycle des discussions. Je salue votre appel à un échange concret et constructif sur la base des récentes initiatives prises par les Etats membres, tout en gardant à l’esprit la troisième version du document de compilation que vous avez présentée en février dernier.

Nous nous trouvons aujourd’hui dans une situation favorable pour dépasser des blocages qui n’ont que trop duré.

Nous disposons, d’un côté, du texte que vous nous avez proposé il y a quelques mois, incluant une table des matières qui pourrait être rendue opérationnelle facilement.


De l’autre, nous avons des initiatives intéressantes et utiles portées par des Etats membres, qui peuvent être incorporées au processus et lui donner une nouvelle impulsion. J’ai notamment en tête l’initiative du G4.

A cet égard, vous le savez, la France soutient l’idée d’un élargissement dans les deux catégories de membres, ainsi qu’une présence plus importante des pays africains au Conseil de sécurité, en particulier parmi les membres permanents, tandis que se pose également la question de la présence d’un pays arabe.

Au-delà des soutiens individuels connus, la France est prête à contribuer immédiatement et concrètement au processus qui rendra le texte de compilation exploitable, aux côtés des Etats membres qui souhaitent entrer dès que possible dans de vraies négociations.

Monsieur le Président,

Nous devons maintenant, sous votre égide, faire évoluer cet organe essentiel qu’est le Conseil, pour qu’il reflète mieux la réalité du monde d’aujourd’hui, tout en préservant sa capacité à prendre les mesures nécessaires pour faire face aux défis de sécurité actuels.

Après 18 ans de réflexions, il est temps de mettre en œuvre une réforme juste et ambitieuse, qui donne toute leur place aux nouvelles puissances. Etre membre du Conseil implique des responsabilités accrues. Les nouveaux membres devront avoir la volonté et la capacité d’assumer la responsabilité d’une présence permanente au Conseil de Sécurité et être en mesure, conformément à la Charte des Nations Unies, d’apporter une contribution importante à l’action du Conseil au maintien de la paix et de la sécurité internationales.


Nous aurons peut-être besoin, pour arriver à tenir cet objectif partagé par tous, de passer par une période intermédiaire. Quel que soit le chemin choisi, la France est prête à vous apporter toute sa contribution et son soutien.

Je vous remercie.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU