Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

15 décembre 1997 - La situation de la démocratie et des droits de l’homme en Haïti : Intervention de M. Thiebaud, représentant de la France auprès des Nations unies

L’Assemblée générale est invitée aujourd’hui à proroger le mandat de la Mission civile internationale en Haïti (MICIVIH) jusqu’au 31 décembre 1998 pour répondre au souhait exprimé par le Président Préval dans sa lettre du 10 novembre dernier, adressée au Secrétaire général des Nations Unies, pour demander à pouvoir compter sur le soutien de cette mission afin de poursuivre la consolidation institutionnelle, élément essentiel de l’état de droit et de l’approfondissement du processus démocratique en Haïti.

En cohérence avec la position présentée par la présidence luxembourgeoise au nom de l’Union européenne, la délégation française souhaite apporter son soutien au projet de résolution présenté à l’Assemblée et répondre ainsi favorablement à la demande des autorités haïtiennes.

L’appui des Nations Unies a joué en effet un rôle essentiel dans la transition démocratique en Haïti. Comme le souligne le rapport du Secrétaire général, la situation actuelle dans le pays, en dépit des progrès réalisés, reste lourde d’incertitudes. Les difficultés sont encore nombreuses, sur le plan politique, social et en matière de sécurité. Il est nécessaire que notre organisation continue d’apporter son aide dans ce contexte.

De réels progrès ont cependant été réalisés en Haïti dans le domaine du respect des droits individuels et des libertés fondamentales comme dans celui de la constitution d’une force de police respectueuse de l’état de droit. La MICIVIH y a apporté une contribution substantielle, notamment en matière de renforcement des institutions et d’éducation aux droits de l’homme. La Mission civile joue ainsi un rôle important pour aider aux efforts de professionnalisation de la police nationale en Haïti, en complément de la Mission de transition des Nations Unies en Haïti, à laquelle a succédé la Mission de police civile des Nations Unies en Haïti instituée le 28 novembre dernier par le Conseil de sécurité, par sa résolution 1141 (1997).

Ces progrès doivent être poursuivis afin de consolider la transition démocratique. Comme le souligne le Secrétaire général dans son rapport, le maintien de la MICIVIH demeure nécessaire dans un climat qui reste encore précaire.

La France, qui est membre du Groupe des Amis du Secrétaire général, coauteur du projet de résolution, a apporté et continuera d’apporter son aide à Haïti dans l’oeuvre d’établissement et de consolidation d’un état de droit. La délégation française espère que ce projet de résolution recevra à nouveau le soutien unanime de l’Assemblée générale.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU