Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

15 novembre 1999 - Coopération entre l’ONU et l’Organisation Internationale de la francophonie : Intervention de M. Jean Louis Bianco, Député des Alpes de Haute Provence

J’ai l’honneur de vous présenter aujourd’hui un projet de résolution portant sur la "Coopération entre l’Organisation des Nations Unies et l’Organisation internationale de la Francophonie". Ce projet témoigne de l’intensification de la coopération engagée depuis quelques années et qui n’a cessé de se développer, notamment à compter du Sommet de l’Enfance en 1990, entre l’Organisation des Nations Unies et l’Organisation internationale de la Francophonie.

Je précise qu’ aux 49 co-auteurs de la résolution il convient d’ajouter le Portugal, la Bulgarie et le Costa Rica.

Lors du Sommet de Hanoï, les chefs d’Etat et de gouvernement avaient, le 15 novembre 1997, mis en place l’Organisation internationale de la Francophonie, dont l’agence de coopération culturelle et technique, ou ACCT, était devenue le principal opérateur. L’an dernier, l’Assemblée générale a, par sa décision 53/453, pris acte de cette transformation des institutions et décidé de transférer à l’Organisation internationale de la Francophonie le statut d’observateur qu’elle avait reconnu à l’ACCT en novembre 1978. C’est pourquoi le rapport du Secrétaire général porte cette année sur la coopération non plus entre l’ONU et l’ACCT, mais entre l’ONU et l’OIF.

La coopération entre l’ONU et l’OIF se déploie dans différentes directions.

XXXX

La prévention des conflits et l’appui à la démocratie constituent les premiers axes de cette coopération.

- une réunion de travail entre les secrétariats de l’OIF et de l’ONU s’est ainsi tenue en avril dernier sur des domaines d’intérêt commun, à savoir : . en premier lieu, la situation politique dans sept pays d’Afrique membres de l’OIF, le Burundi, le Congo, la Guinée, la Guinée Bissau, la République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo, le Rwanda ; . en second lieu, la coopération entre la Francophonie et l’ONU en matière d’assistance et d’observation électorale. Cette coopération s’est d’ores et déjà concrétisée par l’envoi de quatre missions francophones d’observation en étroite collaboration avec l’ONU, en juillet 1998 au Cambodge, à l’occasion des élections législatives, en novembre et décembre 1998 en République Centrafricaine, à l’occasion des élections législatives également, en février 1999, au Nigéria, à l’occasion des élections présidentielles, et plus récemment au Niger, à l’occasion des élections présidentielles. Une cinquième mission est en cours de préparation, en Guinée Bissau, pour les élections présidentielles. . en troisième lieu, la réunion de travail a porté sur le rôle des Organisation régionales en matière de maintien de la paix.

- Il convient de relever, à cet égard, que l’OIF a participé pour la première fois à la réunion biennale entre l’ONU et les organisations regionales, les 28 et 29 juillet dernier, sur le thème de la coopération pour la prévention des conflits. Dans le document de travail qu’elle présenté à cette occasion, l’Organisation réaffirmait son adhésion au respect de la primauté de l’Organisation des Nations Unies et à la nécessité de coordonner les efforts entre les organisations régionales et l’ONU.

- Enfin, la représentation de l’OIF à un nombre croissant de Conférences et de réunions organisées sous l’égide des Nations Unies témoigne des perspectives fructueuses de la coopération dans le domaine politique entre les deux organisations. C’est ainsi que l’OIF a été représentée à la Conférence diplomatique des plénipotentiaires des Nations Unies sur la création d’une Cour pénale internationale en juin-juillet 1998 ; elle était présente à la réunion sur le Burundi organisée en janvier 1999 à New York par les Nations Unies et le gouvernement canadien, ainsi qu’à celle sur la Guinée Bissau organisée par le Secrétaire général en application de la résolution 1233 du Conseil de Sécurité.

XXXX

Le second axe de la coopération entre l’ONU et l’OIF concerne les domaines économique, social et culturel, où elle se développe de façon fructueuse tant avec le Secrétariat des Nations Unies qu’avec les institutions spécialisées et les fonds et programmes.

- C’est ainsi que dans le domaine des nouvelles technologies, un séminaire sur "Internet en tant qu’instrument au service du développement" s’est tenu à Abidjan en juillet dernier.

- Un accord signé avec le département des affaires économiques et sociales devrait permettre la mise à disposition temporaire, auprès de l’Organisation, de jeunes experts issus de pays en développement, notamment de spécialistes des nouvelles technologies.

- Qu’il me soit permis de relever que la coopération avec l’UNESCO s’est intensifiée : symposium sur le plurilinguisme dans les organisations internationales, publication de versions abrégées de l’Histoire générale de l’Afrique et d’ouvrages sur l’alphabétisation ainsi que sur les droits d’auteurs, collaboration au congrès international sur l’enseignement technique et professionnel à Séoul en avril 1999, promotion du rôle de la femme, collaboration avec l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, participation de l’UNESCO à la Première conférence des Ministres de l’Economie et des Finances de la Francophonie à Monaco en avril dernier. Autant de manifestations et de projets communs qui témoignent de la richesse des contacts entre l’UNESCO et la Francophonie.

- Un accord cadre de coopération a par ailleurs été signé avec la CNUCED cette année, conduisant notamment à l’organisation d’un séminaire sur l’investissement.

- Le partenariat avec le PNUD devrait se resserrer dans les années à venir. La coopération avec l’UNICEF est florissante, alors que le Sommet de l’OIF, qui s’est tenu à Moncton en septembre dernier, se donnait pour thème la jeunesse. Enfin, la Francophonie, qui considère que le droit au développement et la conférence mondiale contre le racisme prévue en 2001 sont des dossiers prioritaires, devrait amplifier sa coopération avec le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme.

XXXX

J’ajoute que la coopération entre l’ONU et l’OIF se nourrit de la concertation menée au sein du groupe des 52 pays francophones à l’occasion des grandes conférences des Nations Unies.

La collaboration entre l’Organisation des Nations Unies et l’Organisation internationale de la Francophonie se développe de façon féconde ; c’est un grand motif de satisfaction de voir se conjuguer des réseaux de solidarités au service des mêmes idéaux ainsi que de la diversité culturelle.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU