Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

5 avril 2000 - Groupe de travail à composition non limitée chargé d’examiner la question de la représentation équitable au Conseil de sécurité et de l’augmentation du nombre de ses membres ainsi que d’autres questions ayant trait au Conseil de sécurité : Intervention de M. Jean-David Levitte, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Avec votre permission, la délégation française souhaiterait revenir sur la question de la taille et de la composition du Conseil de sécurité élargi.

La position de la France sur ce sujet est claire, bien connue et n’a pas changé. Elle est favorable à l’augmentation du nombre des membres du Conseil dans les deux catégories existantes. Elle est favorable à l’accès de l’Allemagne et du Japon mais aussi de trois Etats du Sud à des sièges de membres permanents. Elle soutient la création de nouveaux sièges de membres non permanents. Elle estime que l’effectif total devrait rester inférieur à 25 membres, afin de mettre en oeuvre cet élargissement sans remise en cause de la capacité du Conseil à agir de manière rapide et efficace.

Après ce rappel de la position française, qu’il me soit permis, Monsieur le Président, d’ajouter un commentaire sur le débat de notre groupe au cours des derniers jours.

Nous avons en effet été témoins d’une évolution notable en ce qui concerne un aspect important des discussions sur la réforme du Conseil de sécurité : l’effectif du Conseil élargi. Plus aucune délégation ne parait désormais défendre, au moins explicitement, l’idée que 20 ou 21 membres constituent une limite à ne pas franchir. C’est dire que, sur ce point essentiel, nous avons accompli un progrès, même s’il nous reste à fixer quel sera exactement le nombre total des membres du Conseil élargi. La délégation française affirmait depuis plusieurs années qu’un accord ne pourrait se faire que sur un élargissement allant au-delà de 21 membres. Elle se réjouit de voir qu’aucune délégation ne parait plus contester ce point de vue.

Nous sommes conscients que cette évolution ne règle pas tout. D’autres questions suscitent toujours des désaccords. Il nous semble toutefois que l’évolution que je viens de rappeler est un signe encourageant pour notre groupe. Il montre que, malgré les doutes que certains auraient pu nourrir sur l’utilité de nos débats, notre groupe fait oeuvre utile. Il continuera à le faire en servant de cadre à un dialogue constructif et au rapprochement des positions.

Si nous progressons, nous le devons en grande partie à vos efforts, Monsieur le Président, et à ceux du bureau tout entier auquel nous tenons à rendre hommage.

Merci, Monsieur le Président.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU