Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

8 octobre 2008 - Mesures visant à éliminer le terrorisme international (point 99) - Intervention prononcée par M. Hubert Renié, Premier Conseiller, Conseiller Juridique

63ème session de l’Assemblée générale des Nations unies
Sixième Commission

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de prendre la parole au nom de l’Union Européenne.

La Turquie, la Croatie* et l’ancienne République yougoslave de Macédoine*, pays candidats, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et la Serbie, pays du processus de stabilisation et d’association et candidats potentiels, l’Islande, pays de l’AELE membre de l’Espace économique européen, ainsi que l’Ukraine, la République de Moldavie et l’Arménie se rallient à la présente déclaration

Comme le rappelle la Stratégie européenne de lutte contre le terrorisme, adoptée par le Conseil Européen le 16 décembre 2005, le terrorisme constitue l’une des plus graves menaces contre la sécurité des Etats et de leurs citoyens. Le terrorisme, sous toutes ses formes et en toutes circonstances, est criminel et injustifiable ; il ne peut se réclamer d’aucune culture ni d’aucune religion.

La lutte contre le terrorisme doit demeurer l’une des priorités de l’Organisation des Nations Unies, seule instance mondiale apte à conduire et coordonner cette lutte. A cet égard, l’Union européenne soutient fermement l’action des Nations Unies en la matière, ainsi que les actions antiterroristes déjà prises par des organisations régionales telles que le Conseil de l’Europe, l’OSCE et l’OTAN.

Nous appelons tous les Etats Membres à devenir parties à l’ensemble des conventions et protocoles antiterroristes des Nations Unies, qui forment le socle juridique des mesures internationales de lutte contre le terroriste. Nous souhaitons féliciter à ce sujet le Service de la prévention du terrorisme de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime de l’assistance technique qu’il a fournie aux Etats pour appuyer la mise en oeuvre de ces conventions.

L’Union européenne soutient pleinement et activement les comités du Conseil de Sécurité créées par les résolutions 1267, 1373 et 1540, qui constituent le cœur de la réponse des Nations Unies au terrorisme. Nous appelons également les Etats membres à une mise en œuvre exhaustive de toutes les résolutions du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée générale en la matière.

La lutte contre le terrorisme implique également de fournir une aide adéquate aux victimes d’actes terroristes. Nous incitons tous les Etats Membres à adopter de telles mesures afin de réduire les conséquences dramatiques de ces actes criminels.

Nous nous félicitons du consensus qui a prévalu lors de la revue de la mise en œuvre de la Stratégie anti-terroriste mondiale des Nations Unies les 4 et 5 septembre 2008. La réaffirmation consensuelle de cette stratégie constitue un succès significatif, qui a montré la capacité des Etats membres de l’Assemblée Générale à parler d’une seule voix et de manière ferme et déterminée dans leur objectif commun de lutte contre le terrorisme. Nous renouvelons notre appel à la mise en œuvre de cette stratégie et des quatre piliers qui la composent, sur la base d’une approche intégrée et globale fermement ancrée dans la primauté du droit et impliquant tous les acteurs, y compris la société civile, le secteur privé et les organisations régionales et sous-régionales

Nous rappelons que toutes les mesures de lutte contre le terrorisme doivent être prises dans le respect du droit international et notamment du droit international des droits de l’homme, du droit des réfugiés et du droit international humanitaire. Ce défi pour les démocraties que constitue le terrorisme ne doit jamais entraîner un renoncement aux valeurs qu’elles défendent.

Nous saluons également l’action importante menée par l’Equipe spéciale de la lutte contre le terrorisme, rappelée par le Secrétaire Général dans son rapport sur les " Activités des Nations Unies pour la mise en œuvre de la stratégie ". Cette Equipe doit désormais obtenir le soutien budgétaire et administratif nécessaire à la poursuite et au renforcement de ses actions de soutien à la mise en œuvre de la stratégie. L’Union européenne invite toutes les entités qui composent l’Equipe spéciale à s’engager pleinement dans ses activités à cette fin.

L’ensemble de ces progrès doivent inspirer les Etats Membres dans leurs négociations concernant la rédaction d’une Convention générale relative au terrorisme international, qui permettra de compléter de manière cohérente le dispositif international en la matière. En ce qui concerne la convocation d’une conférence internationale sur la lutte antiterroriste, nous estimons qu’elle ne devra être envisagée qu’après que nous soyons parvenus à un accord sur le projet de convention générale.

Le terrorisme se nourrit des préjugés et de l’ignorance que seule une culture du dialogue et de l’échange permettra de surmonter. L’Union Européenne poursuivra ses efforts visant à renforcer le dialogue et la compréhension mutuelle entre les cultures, qui doivent impliquer l’ensemble des acteurs - Etats, organisations régionales, société civile - et une diversité d’outils.

A ce titre, l’Union Européenne se félicite de la fondation de l’Union pour la Méditerranéenne qui constituera un cadre de dialogue durable entre les deux rives de la Méditerranée. Ainsi, le code de conduite euro-méditerranéen en matière de lutte contre le terrorisme, adopté en 2005, a montré la résolution des Etats membres du processus de Barcelone à renforcer leur coopération pour faire face à ce défi mondial. D’autres initiatives contribuent également à l’ouverture réciproque des sociétés, telles que l’Alliance des civilisations, le Dialogue interconfessionnel et les efforts faits dans ce domaine par l’UNESCO.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU