Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

29 octobre 2008 - Déclaration préalable au vote sur la résolution " Renforcement de la sécurité et de la coopération dans la région de la Méditerranée " (L.18) - Intervention de S. E. l’Ambassadeur Eric Danon

63ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies
Première Commission
Intervention de S.E. l’Ambassadeur Eric Danon, Représentant permanent de la France auprès de la Conférence du désarmement à Genève au nom de l’Union Européenne

Monsieur le Président

J’ai l’honneur de prendre la parole au nom de l’Union Européenne concernant la résolution L 18 intitulée "Renforcement de la sécurité et de la coopération dans la région de la Méditerrannée".

La Turquie, la Croatie* et l’ancienne République yougoslave de Macédoine*, pays candidats, l’Albanie et le Montenegro, pays du processus de stabilisation et d’association et candidats potentiels, ainsi que l’Ukraine et la République de Moldova, se rallient à la présente déclaration.

L’Union Européenne salue la résolution L18 que tous ses Etats membres ont co-parrainé et dont nous espérons qu’elle sera adoptée sans vote. L’Union Européenne attache un grande importance aux questions de sécurité, de non-prolifération et de désarmement dans la région méditerranéenne. Comme l’a reconnu l’Assemblée Générale des Nations Unies et ainsi que le précise la stratégie européenne de lutte contre la prolifération des armes de destruction massive adoptée par le Conseil Européen en décembre 2003, la sécurité en Europe est étroitement à la sécurité et à la stabilité dans la région méditerranéenne, ainsi qu’à la paix et la sécurité internationales. Elle tient tout particulièrement à marquer son attachement aux dispositions de ce texte visant à saluer les efforts entrepris dans le cadre euro-méditerrannéen pour lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes, notamment le code de conduite sur le contre-terrorisme, adopté à Barcelone en novembre 2005 et les dispositions prises pour sa mise en oeuvre.

La satisfaction que nous avions exprimée les années passées concernant les décisions antérieures du gouvernement Libyen relatives aux matériels équipement et programmes d’armes de destruction massive reste bien entendu d’actualité. L’Union européenne se réjouit à cet égard que l’application du protocole additionnel et de mesures de transparence allant au-delà de cet instrument aient permis à l’AIEA de conclure qu’il n’y avait plus de questions en suspens concernant la vérification en Libye et que les inspections pouvaient y être poursuivies selon un mode de routine.

S’agissant de l’évolution du processus euro-méditerranéen, nous nous félicitons comme le souligne cette résolution de l’avancée consacrée par la déclaration de Paris du 13 juillet 2008 lancant un partenariat renforcé sous la forme de l’Union pour la Méditerranée. Nous sommes convaincus que ceci constitue une nouvelle étape dans la transformation de la région méditerranéenne en une zone de paix, de démocratie, de coopération et de développement. Ce partenariat renforcé reprend l’acquis du Processus de Barcelone relatif aux engagements concernant la non-prolifération des armes de destruction massive, les mesures de confiance et la lutte contre le terrorisme.

Monsieur le Président

L’UE renouvelle son appel aux Etats de la région méditerranéenne qui ne l’ont pas encore fait à devenir partieà tous les instruments juridiquement contraignants et multilatéralement négociés dans le domaine du désarmement et de la non-prolifération, afin de renforcer la paix et la coopération dans la région.

Je vous remercie, Monsieur le Président.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU