Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

21 octobre 2008 - Point 64 d) Promotion et protection des droits de l’Homme - Déclaration prononcée au nom de l’Union européenne

63ème ASSEMBLEE GENERALE

Point 64 d) Promotion et protection des droits de l’Homme : Mise en œuvre complète et suivi de la Déclaration de Vienne et du programme d’action

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de parler au nom de l’Union européenne.

L’ancienne République yougoslave de Macédoine*, pays candidat, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et la Serbie, pays du processus de stabilisation et d’association et candidats potentiels, le Liechtenstein, membre de l’AELE et de l’Espace économique européen, ainsi que l’Ukraine, la République de Moldavie et l’Arménie se rallient à la présente déclaration.

En cette année 2008, nous célébrons non seulement le 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des droits de l’Homme, mais également le 15ème anniversaire de l’adoption de la Déclaration et du Programme d’action de la Conférence mondiale sur les droits de l’Homme de Vienne.

Cette conférence mondiale a été l’occasion pour la communauté internationale de réaffirmer son engagement à assurer à chaque être humain la jouissance de tous les droits de l’Homme et de toutes les libertés fondamentales. La Déclaration et le Programme d’action de Vienne offrent un cadre de référence pour surmonter les obstacles à la promotion et la protection universelle des droits de l’Homme. Ce cadre d’action doit continuer de retenir toute notre attention. Nous devons poursuivre nos efforts en faveur de la mise en œuvre effective de la Déclaration et du Programme d’action de Vienne et ainsi empêcher les violations des droits de l’Homme à travers le monde.

Il est indéniable que d’importants progrès ont été réalisés ces quinze dernières années en matière de promotion et de protection des droits de l’Homme.

C’est grâce à l’impulsion de la conférence mondiale qu’a été créé le Haut-commissariat aux droits de l’Homme, qui est venu renforcer considérablement la prise en compte et la diffusion des droits de l’Homme au sein du système des Nations Unies et sur le terrain.

L’Union européenne se félicite à ce propos de la qualité du travail effectué par le Haut Commissariat aux droits de l’Homme au Népal, en Colombie, en Ouganda et dans de nombreux autres pays. Elle saisit également cette occasion pour rendre hommage à Mme Louise Arbour, ex-Haut Commissaire aux droits de l’Homme, qui a apporté tout au long de son mandat une précieuse contribution en faveur de la promotion et la protection des droits de l’Homme dans le monde. L’Union européenne apportera par ailleurs son plein soutien au nouveau Haut-commissaire, Mme Navanethem Pillay, dans son travail de renforcement de l’universalité et l’indivisibilité des droits de l’Homme.

Nous estimons que le Haut Commissariat doit pouvoir bénéficier de tous les moyens nécessaires pour déterminer de manière indépendante son plan de gestion stratégique et conduire ses activités à Genève et sur le terrain, notamment dans le domaine de l’assistance technique. De la même manière, l’UE considère que doivent être maintenues les règles qui régissent actuellement la politique budgétaire et celle des ressources humaines du Haut Commissariat.

L’extension des activités du Haut Commissariat sur le terrain est particulièrement encourageante, et l’Union européenne salue ses efforts pour développer sa présence à travers l’ouverture de bureaux régionaux. L’UE salue également la signature d’un mémorandum d’accord entre le Haut Commissariat et les autorités kirghizes sur l’ouverture d’un bureau régional du HCDH à Bichkek. L’UE souhaite réaffirmer que l’ouverture ou la prolongation du mandat d’un bureau national du HCDH sur le terrain est un élément positif pour le pays concerné qui bénéficie ainsi d’une assistance technique précieuse pour améliorer la situation.

Monsieur le Président,

La Déclaration et le programme d’action de Vienne appelaient les Etats à signer et ratifier les conventions pertinentes des Nations Unies en matière de droits de l’Homme. Reconnaissons qu’en quinze ans, un long chemin a été parcouru en direction d’une ratification universelle de ces textes, sans compter l’adoption de nouvelles Conventions, telle celle contre les disparitions forcées.

La Conférence de Vienne appelait également à la mise en place de procédures spéciales pour déterminer de manière à la fois théorique et concrète les progrès à mener dans de nombreux aspects de la protection des droits de l’Homme. Là encore, personne ne peut contester l’apport précieux de ces mécanismes.

Enfin, la Déclaration et le programme d’action de Vienne soulignent le rôle fondamental dévolu à la société civile dans le respect et la promotion des droits de l’Homme et nous voyons depuis quinze ans, partout dans le monde, émerger des associations, des organisations non gouvernementales qui ont fait de la mise en œuvre des traités internationaux de protection des droits de l’Homme leur objectif premier. L’Union européenne salue leur action.

Monsieur le Président,

La codification internationale des droits de l’Homme continue d’avancer, avec la négociation de nouveaux instruments internationaux : la convention sur les personnes handicapées, dont nous avons célébré l’entrée en vigueur récemment, ainsi que la convention contre les disparitions forcées, dont nous espérons une entrée en vigueur prochaine.

Nous ne pouvons toutefois pas dresser un tableau aussi positif que nous le souhaiterions de la situation des droits de l’Homme dans le monde en l’état actuel. Dans la réalité, la jouissance des droits et des libertés fondamentales reste en effet niée à un grand nombre de personnes. Les défenseurs des droits de l’Homme mènent leur combat souvent au péril de leur vie et l’Union Européenne veut une nouvelle fois leur exprimer son plein soutien.

Un long chemin reste donc à parcourir dans le domaine des droits de l’Homme pour que les dispositions de la Déclaration et du Programme d’action soient concrètement mises en œuvre et que les violations des droits de l’Homme cessent. Il nous faut chaque jour réitérer notre adhésion à la justice, aux règles de droit, à la lutte contre l’impunité, seules capables d’assurer la pleine réalisation des droits de l’Homme. Il est de notre responsabilité commune, en coopération avec les Organisations internationales et les Organisations non gouvernementales d’assurer des conditions favorables à la réalisation effective des droits de l’Homme au niveau national, régional et international.

La conférence internationale d’experts, qui s’est tenue cet été à Vienne à l’initiative du gouvernement autrichien, en août dernier, pour réfléchir sur les moyens de renforcer la mise en œuvre au plan local du Déclaration et le programme d’action de Vienne, doit être saluée. Ses recommandations, qui seront distribuées en en tant que document des Nations Unies dans le cadre du 63ème AGNU , devront retenir toute notre attention, inspirer nos actes à venir, autour d’une conviction partagée selon laquelle aucune situation de violation des droits de l’Homme ne doit échapper à notre vigilance à tous.

Monsieur le Président, je vous remercie./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU