Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

12 décembre 2012 - « Diplomatie et santé » - Présentation du projet de résolution par M. Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de présenter le projet de résolution A/67/L.36, sous le point 123 de l’ordre du jour, « Santé mondiale et politique étrangère », au nom des sept membres du Groupe « Diplomatie et santé », à savoir l’Afrique du Sud, le Brésil, la France, l’Indonésie, la Norvège, le Sénégal et la Thaïlande.

Je remercie le Secrétaire général pour le rapport 67/377, élaboré en collaboration avec le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en application de la résolution 66/115 du 12 décembre 2011.

Monsieur le Président,

Depuis 2007, l’initiative « Santé mondiale et politique étrangère » vise à renforcer la place de la santé dans les priorités de la communauté internationale, ainsi qu’à promouvoir la prise en compte des enjeux de santé mondiale dans l’élaboration des politiques étrangères. A cet effet, chaque année notre Groupe présente un projet de résolution sur de nouvelles problématiques sanitaires mondiales.

Pour cette 67ème session de l’Assemblée générale, nous introduisons le thème de la couverture sanitaire universelle, en raison de son impact structurant pour améliorer le niveau de santé mondiale, lutter efficacement contre la pauvreté et promouvoir le développement durable.

Un constat, tout d’abord. Malgré les progrès réalisés, de nombreux efforts restent à accomplir pour atteindre les trois objectifs du millénaire pour le développement dans le domaine de la santé. Outre ces enjeux persistants, la communauté internationale s’est saisie de la question des maladies non transmissibles, qui affectent désormais tous les pays.

Or, un milliard de personnes n’ont pas accès aux services de santé quand elles en ont besoin, compromettant ainsi l’efficacité de nos efforts pour améliorer la santé mondiale.

Pour répondre à ces défis, la couverture sanitaire universelle est un objectif englobant, inclusif et dynamique.

- Englobant, car la couverture sanitaire universelle contribue à améliorer l’accès des populations aux services de santé dont elles ont besoin, y compris les services de santé maternelle et infantile, de santé sexuelle et reproductive, de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, ainsi que de prévention des maladies non transmissibles.

En renforçant les systèmes de santé selon une approche transversale, la couverture sanitaire universelle contribue à la réalisation des objectifs spécifiques. C’est pourquoi elle est promue par l’initiative du Secrétaire général pour la santé de la femme et de l’enfant. Ces deux logiques (horizontale et verticale) sont complémentaires.

- Inclusif, car la couverture sanitaire universelle contribue à l’équité et à la réduction de la pauvreté.

L’OMS estime que 100 millions de personnes tombent chaque année sous le seuil de pauvreté en raison d’une maladie ou de dépenses de santé.

La couverture sanitaire universelle implique que chacun puisse bénéficier des services de santé dont il a besoin, y compris un accès aux médicaments, sans s’exposer à un risque d’appauvrissement. Le projet est articulé autour de ces deux formes de protection : accès aux services de santé et protection financière.

- Dynamique, car l’objectif est d’évoluer vers une couverture universelle de la population, des services et des dépenses de santé.

Le projet de résolution reconnaît l’urgence de ce processus. Mais il n’impose aucun modèle, le choix d’un système de financement se faisant en fonction du contexte de chaque pays. Il invite à renforcer la coopération entre les Etats pour favoriser la mise en œuvre de la couverture sanitaire universelle.

Objectif englobant, inclusif et dynamique, la couverture sanitaire universelle semble particulièrement adaptée à l’agenda post-2015.

La Conférence des Nations unies sur le développement durable (Rio +20) a marqué le rôle clé de la protection sociale pour lutter contre la pauvreté. Elle a reconnu le rôle central de la santé comme pré-condition, conséquence et indicateur des trois dimensions du développement durable. Le projet de résolution invite les Etats à adopter des politiques plurisectorielles pour réduire les inégalités et favoriser le développement durable.

Le projet prévoit des actions de suivi dans le cadre des discussions sur l’agenda post-2015 pour le développement, du Conseil économique et social en 2013 et de l’Assemblée générale. Il s’inscrit dans le prolongement des travaux sur la couverture sanitaire universelle de l’Assemblée mondiale de la santé et des conférences régionales tenues cette année à Bangkok, Mexico et Tunis, qui témoignent de l’intérêt croissant pour ce sujet.

Monsieur le Président,

Le projet de résolution intitulé « santé mondiale et politique étrangère » est le cinquième sur la question depuis 2008. Il demande aux Etats de continuer à tenir compte des questions de santé dans la formulation de la politique étrangère.

Je remercie toutes les délégations qui ont participé aux consultations et parrainé ce projet.

Je vous remercie.


Pour en savoir plus l’action de l’ONU en matière de santé.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU