Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

26 mai 2005 - Forum des Nations unies sur les Forêts : Intervention de M. Nicolas Forissier, Secrétaire d’Etat à l’Agriculture, à l’Alimentation, à la Pêche et à la Ruralité

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres, Distingués délégués,

La gestion forestière durable est au cœur de la politique forestière de la France. Nous avons adopté des critères, des indicateurs de gestion forestière durable, pour nos 15 millions d’hectares de forêts tempérées en métropole et nos 8 millions d’hectares de forêts tropicales outre mer.

Par nos actions de coopération bilatérale, nous apportons aussi un appui à la gestion et à la conservation des principaux massifs forestiers tropicaux, notamment celui du Bassin du Congo. Je saisis d’ailleurs cette occasion de rappeler que l’idée d’un Partenariat pour les forêts du bassin du Congo a été avancée ici même par l’Afrique du Sud il y a trois ans lors du segment ministériel de la 2e session de notre Forum. Cette idée a immédiatement été appuyée par la France. Le Partenariat a été officiellement lancé quelques mois plus tard, lors du Sommet mondial à Johannesburg. Depuis le début de cette année, la France assure à la suite des Etats Unis la facilitation du Partenariat avec l’ambition de lui donner une impulsion nouvelle. Nous prévoyons notamment d’y consacrer, au-delà de notre assistance technique, des financements à hauteur de plus 50 millions d’euros en trois ans.

Cet engagement reflète l’attachement de la France à une gestion durable de l’ensemble des forêts mondiales. Nous accordons donc une importance particulière au succès de cette cinquième session de notre Forum.

Monsieur le Président,

Concernant l’avenir de l’arrangement international sur les forêts, notre position se veut ambitieuse mais en même temps ouverte et flexible. Nous voulons conserver, pour le long terme, la perspective d’un instrument juridiquement contraignant, s’il peut faire l’objet d’un accord suffisamment large.

Mais dans l’immédiat, nous privilégions la recherche d’une amélioration de l’ arrangement existant et en particulier le renforcement des mécanismes de mise en œuvre.

C’est la mise en œuvre, l’action concrète sur le terrain, en particulier dans les pays qui n’ont pas beaucoup de moyens propres, qui est restée insuffisante, du fait de l’absence d’instrument approprié. C’est donc sur ce point que l’effort devrait porter, et en particulier sur les moyens de renforcer le " Partenariat de Collaboration sur les Forêts " qui regroupe les instances qui devraient être à même de fournir une assistance concrète aux niveaux régional, national et local.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres,

Lors des négociations au niveau des experts, ces derniers jours, l’Union européenne a proposé un certain nombre de mesures allant dans ce sens. Nous devons maintenant donner l’impulsion nécessaire au niveau politique pour dépasser les clivages et les lenteurs qui freinent depuis trop d’années la prise en compte d’un véritable effort international pour les forêts. A cet égard, le document distribué par la Présidence hier, retient plusieurs des idées auxquelles la France est attachée, qui constituent, selon nous, des avancées significatives pour l’ensemble de la communauté internationale dans le cadre des Objectifs de Développement pour le Millénaire.

Monsieur le Président,

Nous, les ministres des forêts du monde entier, réunis ici pour deux jours, avons une occasion unique d’attirer l’attention de la communauté internationale sur le rôle crucial des forêts mondiales dans les domaines économique, mais aussi environnemental et social. Je ne m’étendrai pas sur ces trois aspects que vous connaissez.

Cette occasion ne doit pas être manquée. Nous devons envoyer au Sommet des chefs d’Etat de septembre un message clair, un message fort :
- en insistant sur l’absolue nécessité d’inverser la tendance à la régression des forêts et sur notre besoin du soutien décisif des chefs d’Etat dans cet effort ;
- mais aussi en démontrant notre propre capacité à mettre en place un dispositif international cohérent pour traiter de l’avenir des forêts mondiales. Voilà Monsieur le Président, ce que je tenais à dire avec force au nom de la France. Je vous remercie.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU