Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

15 mai 2012 - Conseil de sécurité - Bosnie-Herzégovine - Intervention de Mme Béatrice Le Fraper du Hellen, premier conseiller de la France auprès des Nations Unies

Je remercie Monsieur Inzko, Haut Représentant en Bosnie-Herzégovine pour sa présentation et ses propos sur l’unité de la communauté internationale trouve un plein écho auprès de la France. Je m’associe également à la déclaration qui sera faite au nom de l’Union européenne.

Monsieur le Président,

Une période de quinze mois, durant laquelle un gouvernement sortant n’a fait qu’expédier les affaires courantes, s’est achevée en Bosnie-Herzégovine. La situation sur le terrain est restée calme et stable, en dépit de la rhétorique nationaliste prétendant remettre en cause la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Bosnie-Herzégovine. Hélas le processus de réformes et de consolidation des structures du pays ont trop longtemps marqué le pas.

Mais aujourd’hui, la constitution d’un gouvernement conduit par le Premier Ministre Bevanda, le vote des lois sur le recensement et les aides de l’Etat et l’accord trouvé le 9 mars sur la répartition entre Etat central et entités des propriétés de l’Etat et de la Défense sont autant de décisions qui remettent le pays sur la voie de l’intégration euro-atlantique. Des progrès ont également été faits dans l’établissement d’un budget pour 2012 et d’un cadre fiscal pour 2012-2014.

M. Bevanda, en indiquant dans son discours d’investiture que la perspective européenne de son pays et surtout l’entrée en vigueur d’un Accord de Stabilité et d’Association seraient les priorités de son gouvernement, mérite tous nos encouragements. Nous invitons les autorités bosniennes à poursuivre leurs efforts en vue de mettre en conformité leur constitution avec la Convention Européenne sur la sauvegarde des Droits de l’Homme.

Nous les encourageons également à préparer dans les meilleures conditions les élections municipales du 7 octobre 2012 et à trouver des compromis durables s’agissant de situations locales spécifiques telles que Srebrenica.

Je salue aussi les efforts déployés depuis septembre par M. Peter Sorensen, Représentant spécial et Délégué de l’Union européenne, qui a contribué à ces progrès pour l’avenir européen de la Bosnie Herzégovine. L’engagement de l’UE porte ses fruits et devra se poursuivre.

Monsieur le Président,

En Bosnie-Herzégovine comme dans tous les théâtres sur lesquels nous sommes présents, il est important que les Nations Unies adaptent leur présence à l’évolution de la situation politique et de sécurité.

L’Union européenne l’a compris en adaptant sa présence civile et militaire. Le bureau du RSUE va être encore renforcé à l’été, notamment en matière d’Etat de droit. Les effectifs d’EUFOR ALTHEA vont au contraire être réduits et se recentrer sur la formation et le conseil aux forces armées bosniennes, tout en conservant les moyens de prendre en charge, le cas échéant, des tâches exécutives en soutien des autorités bosniennes. Le constat d’une situation de sécurité calme sur le terrain depuis plusieurs années, les progrès dans le dialogue politique et les réformes, y compris vers la réalisation des cinq objectifs et deux conditions fixées par le PIC en 2008, justifient l’engagement renforcé de l’Union européenne et plaident pour poursuivre la reconfiguration de la présence internationale en Bosnie-Herzégovine.

Le Haut Représentant, garant des Accords de Paix au nom de la communauté internationale, son action, son dialogue avec les représentants politiques ont tout notre soutien. Sa mission et ses moyens doivent évoluer en fonction de la situation.

Nous espérons qu’un premier pas en ce sens pourra être fait lors de la réunion du comité directeur du PIC qui se tiendra à Sarajevo la semaine prochaine. Un premier pas serait de décider la fin de la supervision internationale sur le district de Brcko.

Monsieur le Président,

Cinq mois après l’adoption des conclusions très claires sur la réduction du Bureau du Haut Représentant (BHR) en Bosnie-Herzégovine par le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne le 5 décembre 2011, il est temps de passer aux actes. Nous devons recentrer l’action du Bureau, en veillant à sa complémentarité avec l’action de l’Union européenne.

Dans ce contexte et en conclusion, je réaffirme notre attachement à l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale de la Bosnie-Herzégovine.

Ce pays s’est tourné, comme d’autres dans les Balkans, vers l’Union européenne et ses valeurs. Il a démontré aussi très récemment en tant que membre du Conseil de sécurité, qu’il était un membre responsable de la communauté internationale et des Nations Unies. Il est devenu un élément important de la stabilité régionale, comme il l’a démontré en accueillant en avril la Conférence Internationale des donateurs pour des solutions durables en faveur des réfugiés et des déplacés internes.

Alors que nous venons de commémorer le triste anniversaire du début du siège de Sarajevo, nous ne pouvons que nous féliciter du chemin parcouru depuis ces années terribles.

Je vous remercie.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU