Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

12 juin 1998 - Angola : Intervention de M. Alain Dejammet, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

(Résolution 1173 (1998))

Je salue la présence parmi nous du général Carneiro.

La France est très préoccupée par la dégradation de la situation en Angola au cours des dernières semaines. Cette situation est marquée par l’absence de progrès du processus de paix et par l’accroissement du nombre des incidents armés, y compris contre la Mission des Nations Unies, incidents que le Conseil a récemment condamnés.

Le Représentant spécial du Secrétaire général, M. Blondin Beye, dont les efforts reçoivent l’entier soutien de la France, a proposé un plan pour restaurer la confiance et résoudre cette crise. Nous nous réjouissons des efforts qui ont été accomplis par le Gouvernement angolais pour mettre en oeuvre ce plan et nous exprimons également notre satisfaction devant l’engagement du Gouvernement angolais de poursuivre dans la voie du dialogue politique.

Nous déplorons en revanche que la direction de l’UNITA n’ait pas rempli ses obligations. Cette attitude met gravement en péril la stabilité en Angola.

Le projet de résolution qui est soumis au Conseil, vise à préserver le processus de paix et à permettre l’achèvement de celui-ci. Ce projet demande à l’UNITA de coopérer immédiatement à l’extension de l’administration de l’Etat. Si la direction de l’UNITA refuse sa coopération, des sanctions supplémentaires prévues par ce projet de résolution entreront en vigueur.

Ces sanctions supplémentaires, notamment dans le domaine économique et financier, avaient été implicitement envisagées par la résolution 1127 (1997) adoptée par le Conseil de sécurité au mois d’août 1997.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU