Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

13 février 2001 - Kosovo : Intervention de M. Jean-David Levitte, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Monsieur le Président,

La position de l’Union européenne, à laquelle la France souscrit pleinement, sera exposée par le représentant permanent de la Suède. Je souhaite compléter, par quelques observations, les propos que l’Ambassadeur Schori va tenir.

Il est essentiel de faire reculer la violence au Kossovo. Depuis juin 1999, des progrès impressionnants ont été réalisés. La communauté internationale a joué un rôle décisif dans cette évolution. La KFOR a relevé le défi qui lui était lancé dans un environnement souvent difficile. Des actions courageuses ont été conduites en vue de préserver la sécurité des populations. C’était le cas, récemment encore, à Mitrovitsa, où une vingtaine de soldats de la KFOR ont été blessés.

Mais la réduction des tensions repose d’abord sur la contribution des Kossovars eux-mêmes. Pour favoriser l’implication des citoyens dans la lutte contre la violence, les responsables politiques kossovars ont une responsabilité particulière. Leur soutien actif est requis. A cet égard, après les événements de Mitrovitsa, la déclaration publiée le 1er février par des dirigeants albanais du Kossovo afin de condamner les violences a constitué un signal positif.

Dans le secteur de Mitrovitsa comme ailleurs, la détente doit se poursuivre. Nous apportons tout notre soutien aux efforts engagés par la MINUK et la KFOR afin de faire cesser les heurts entre les groupes ethniques, de garantir à tous les habitants la sécurité à laquelle ils sont en droit de prétendre, ainsi que de surmonter, aussi rapidement que possible, la division entre les communautés.

Concernant la tenue d’élections générales, je tiens à souligner la nécessité d’une définition soigneuse, au préalable, de la nature et des fonctions des institutions provisoires qui seront élues. Une préparation dans des conditions irréprochables est aussi indispensable. Tout doit être mis en oeuvre, en particulier, pour permettre la participation de toutes les communautés, et notamment de la communauté serbe, à ce scrutin.

A ce stade, la poursuite des discussions entre Kossovars de toutes origines à propos des structures intérimaires de l’autonomie, sous l’autorité du représentant spécial du Secrétaire Général, est une étape nécessaire. Il est souhaitable que les autres parties concernées soient informées de ces discussions et puissent y être associées. Dans cette perspective, l’ouverture d’un bureau de la MINUK à Belgrade est une mesure positive.

S’agissant de la situation à la limite administrative entre le Kossovo et le Sud de la Serbie, la déclaration présidentielle du conseil de sécurité du 19 décembre dernier, ainsi que la déclaration à la presse du 30 janvier, ont permis de condamner avec force les agissements des groupes terroristes.

La démarche politique que les autorités de Belgrade viennent de lancer, sous l’égide du Président Kostunica, s’inscrit dans le cadre de la recherche d’une solution pacifique. Il convient de soutenir cette volonté de Belgrade d’engager, malgré les difficultés de l’entreprise, des négociations avec les représentants locaux de la communauté albanaise. Un appui de la communauté internationale aux mesures politiques économiques et sociales en faveur de la population de la région, notamment d’origine albanaise, sera également nécessaire. L’Union européenne, pour sa part, a déjà engagé près d’un million d’euros pour des opérations humanitaires dans la région de Presevo et étudie les moyens d’en faire davantage.

La KFOR, pour ce qui la concerne, a renforcé son dispositif à la frontière administrative. Ces mesures permettront d’exercer un contrôle plus étroit sur les activités illégales dans ce secteur. Toute solution dans la vallée de Presevo passe aussi par une coopération entre la KFOR et Belgrade, y compris sur le terrain./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU